Le tribunal laisse une chance à Durand

Le tribunal a laissé une nouvelle chance à Michel Durand de Sherbrooke.

Détenu depuis le début de mois de mai parce qu’il avait consommé alors qu’il se trouvait justement en thérapie, Durand a convaincu le tribunal de le retourner en traitement.

Michel Durand a été arrêté en novembre 2017 à la suite d’une série de vols dans des résidences de l’ouest de Sherbrooke.

L’individu de 52 ans avait comparu pour 12 accusations de vols et introductions par effraction entre le 28 septembre et le 7 novembre 2017. Il fait face à plus de 25 chefs d’accusation.

En mai dernier, Durand avait brillé par son absence au tribunal. Il avait consommé dans la nuit précédant sa comparution et ne s’était jamais levé. Il avait été conduit au CHUS avant d’être incarcéré pour bris de conditions en lien avec sa thérapie.

Au terme de sa seconde enquête sur remise en liberté, la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec a souligné à Michel Durand qu’il avait brisé sa confiance.

Toutefois, elle a mentionné qu’il avait fait la preuve d’une dépendance aux médicaments qui n’avait pas été signalée au départ. Elle lui a donc accordé la permission de se rendre dans une nouvelle maison de thérapie.

Il devra y résider 24 heures par jour, sept jours par semaine pour y recevoir une thérapie fermée d’un minimum de cinq mois adaptée à ses besoins.

En plus d’une tentative d’introduction par effraction au Chou de Bruxelles, il a mentionné avoir fait des introductions par effraction sur les rues Galt Ouest, Saint-André, du Rosaire, Saint-Gilles et de Lisieux. À cet endroit, il a volé une carte de crédit.

Durand est aussi accusé de vol de carte de crédit, d’utilisation de ces cartes de crédit et de fraude. Il est accusé du vol d’une poussette sur la rue de la Montagne.

Son avocate Me Michèle Lamarre-Leroux de l’aide juridique a reporté le dossier au 27 juillet prochain.