Stéphane Gauthier, directeur adjoint du SPS
Stéphane Gauthier, directeur adjoint du SPS

Le SPS dispose de doses de naloxone

Même si l’outil n’a pas encore été utilisé par le Service de police de Sherbrooke, les policiers municipaux disposent depuis environ un an de doses de naloxone.

Ce médicament, qui peut inverser temporairement les effets d’une overdose d’opiacés, soit des drogues comme le fentanyl, l’héroïne, la morphine, la méthadone et la codéine.

« Les opiacés peuvent avoir un effet sur le système respiratoire. L’effet de la naloxone permet d’inverser celui des opiacés le temps que la personne en détresse respiratoire puisse être prise en charge par les autorités médicales », explique le directeur adjoint du SPS, Stéphane Gauthier.

Les policiers sont souvent appelés les premiers sur les lieux d’évènements où des toxicomanes se trouvent en détresse respiratoire.

« Habituellement, la naloxone est administrée par les ambulanciers paramédicaux lorsqu’ils arrivent sur des scènes où il y a eu consommation d’opioïdes. On sait que plus rapidement l’intervention sera faite, plus l’intervention sera efficace et pourra sauver des vies », a expliqué, la présidente du comité de sécurité publique de la Ville de Sherbrooke, Danielle Berthold, à la dernière séance du conseil municipal.

Elle a indiqué que ce projet nécessitait un déboursé de 762 $.

« À compter de l’an prochain, les pharmaciens donneront la naloxone aux corps de police. C’est une dépense qui ne sera pas récurrente », précise Danielle Berthold.

Stéphane Gauthier signale que la naloxone est disponible au quartier général, notamment au bloc cellulaire, ainsi que dans les véhicules des superviseurs du SPS.

« La naloxone est administrée par inhalation. Ce qui a été adopté par le conseil municipal est le protocole d’acquisition, de gestion et d’utilisation de la naloxone avec le CIUSSS de l’Estrie-CHUS », précise le directeur adjoint du SPS.

L’acquisition de la naloxone par le Service de police de Sherbrooke s’inscrit dans la stratégie nationale 2018-2020 pour prévenir les surdoses d’opioïdes et y répondre.

« L’École nationale de police du Québec donne un cours sur l’utilisation de la naloxone », mentionne le directeur adjoint du SPS.