Le SPS déploie son escouade tactique pour un cas de violence conjugale

Un cas de violence conjugale a incité le Service de police de Sherbrooke à déployer l'escouade tactique dimanche matin.
Aux environs de 22 h samedi, un homme sous l'influence de stupéfiants a frappé sa conjointe après qu'elle eut découvert qu'il cachait une arme à feu à permis restreint chez lui sans détenir d'autorisation. Craignant de voir celle-ci en avertir les policiers, l'homme d'une quarantaine d'années s'est emparé de l'arme, un revolver de calibre ,357, avant de prendre la fuite.
« On avait un cocktail explosif, relate le sergent Danny O'Connor, du SPS. On avait un homme sous l'influence de la drogue qui avait en sa possession une arme à feu. Il n'y avait pas de risques à prendre. »
Après avoir été localisé au domicile d'amis sur la rue Craig, l'individu a été arrêté par l'escouade tactique vers 4 h 40 dimanche, au terme d'une opération de deux heures. Le Sherbrookois, connu des policiers, s'était réfugié dans le grenier de l'édifice, où il s'était dissimulé derrière la laine isolante. L'arme a été retrouvée quelques heures après, en l'endroit où l'homme l'avait cachée.
Il demeure détenu et comparaîtra au Palais de justice de Sherbrooke lundi, où il fera face à des accusations de possession illégale d'arme à autorisation restreinte et de violence conjugale. D'autres chefs pourraient éventuellement s'ajouter.
Le revolver ,357 est l'ancien modèle qu'utilisaient les policiers du SPS avant d'adopter le pistolet 9 mm.