Au parc Jeffrey-Gingras, situé le long du boulevard Saint-François, on a remarqué que des individus s’y adonnent à des activités sexuelles.

Le SPS a le parc Jeffrey-Gingras à l’oeil

Les policiers de Sherbrooke portent une attention particulière autour du parc Jeffrey-Gingras, le long du boulevard Saint-François, où on a remarqué que des individus s’y adonnent à des activités sexuelles.

« Nous avons été mis au fait de la situation », confirme Isabelle Gendron, porte-parole du Service de police de Sherbrooke (SPS). 

« Nous avons expulsé des individus. Des constats d’infraction ont été donnés. Les contrevenants s’exposent à des amendes de 100 $. »

« Nous avons demandé à nos patrouilleurs à pied et à vélo de surveiller l’endroit. Des étudiants en techniques policières se rendront sur place pour des patrouilles de prévention. »

Des recherches sur internet permettent de trouver des photos prises sur place montrant des condoms laissés au sol. Il s’agit d’un parc familial, où passe une piste cyclable.

« Il n’y a pas vraiment de danger, ajoute Mme Gendron. Les gens n’ont pas à voir peur. On ne rapporte pas d’agression. Les gestes se font dans le boisé. »

« La population est toutefois invitée à dénoncer ces comportements. » 

Mme Gendron ajoute que la problématique s’est transportée à différents endroits dans la ville au cours des dernières années.

On a vu pareille activités au parc Victoria et au parc du barrage Paré. Chaque fois, le SPS doit prendre des mesures pour résoudre la problématique, ajoute-t-elle.

À la fin des années 2000 on avait accentué la surveillance policière à la « halte des plaisirs », nom donné à l’aire de services Catherine-Day à la hauteur de Saint-Élie, en bordure de l’autoroute 10, où des rendez-vous se donnaient pour ce genre d’activités sexuelles.