Philippe Giroux, alias Infrak

Le rappeur Infrak mort d’une polyintoxication aux drogues et aux médicaments

Le rappeur de Québec Philippe «Infrak» Giroux, membre du collectif 187, est mort d’une polyintoxication aux drogues et aux médicaments, révèle l’enquête du Bureau du coroner.

Le rappeur de 33 ans avait été retrouvé mort dans son lit dans la soirée du 27 novembre 2017. C’est son colocataire qui avait alerté les secours après avoir constaté que son ami n’était pas sorti de sa chambre depuis plus de 48 heures. Selon le coroner Donald Nicole, le décès de Philippe Giroux remontrait au 25 novembre.

Les analyses sanguines ont notamment révélé des concentrations de médicaments utilisés pour traiter l’anxiété, de cocaïne, de méthadone, de méthamphétamine et de fentanyl. Le coroner Nicole conclut que le décès du jeune homme résulte d’une polyintoxication accidentelle aux drogues et aux médicaments. 

Il souligne que Philippe Giroux «n’avait pas de problèmes de santé mais consommait régulièrement des stupéfiants». «De plus, il avait cessé de prendre ses médicaments pour traiter sa dépendance aux opiacées», précise le coroner Nicole. 

Infrak avait lancé son premier album solo, «La chute de l’ange», à la fin de 2016. Il avait ensuite tourné des vidéoclips en Haïti et en Roumanie, où il avait visité des orphelinats pour «montrer la pauvreté et la souffrance que d’autres peuvent vivre ailleurs», selon ce que son ami et gérant Philippe Nazon avait raconté au Soleil en novembre. Infrak a eu une vie «rough», ayant «grandi dans les centres d’accueil et fait de la prison», mais il avait «un très grand cœur», avait souligné M. Nazon.