Le procès d’Adèle Sorella, accusée du meurtre de ses deux petites filles en 2009, a officiellement débuté lundi matin.

Le procès d’Adèle Sorella, accusée du meurtre de ses deux filles, a débuté lundi

LAVAL, Qc - Le procès d’Adèle Sorella, accusée du meurtre de ses deux petites filles en 2009, a officiellement débuté lundi matin.

Le processus de sélection du jury a eu lieu la semaine dernière au palais de justice de Laval.

Lundi, les 12 jurés - six hommes et six femmes - ont reçu des instructions détaillées de la juge Sophie Bourque de la Cour supérieure.

«À l’ère du 2.0, on se fait des opinions sur tout rapidement», a-t-elle dit aux membres du jury. Mais dans ce cas-ci, «il faut attendre d’avoir entendu toute la preuve avant de tirer des conclusions».

«Vous devez garder l’esprit ouvert et écouter la preuve sans préjugés et sans sympathie», a-t-elle ajouté. La magistrate a enjoint les jurés à toujours retourner à la présomption d’innocence dont bénéficie l’accusée.

Elle a aussi rappelé que Mme Sorella, comme tous les accusés, n’est pas tenue de témoigner à son procès.

Après les instructions, les procureurs de la Couronne doivent faire une déclaration aux jurés pour leur faire part de leur théorie de la cause. Les premiers témoins pourront ensuite être entendus. Ces étapes ont été retardées lundi matin par des discussions qui ont eu lieu entre les procureurs et la juge, hors de la présence des jurés.

Mme Sorella était en liberté dans l’attente de son procès. Présente lundi matin, vêtue de vêtements sombres, elle avait les traits tirés.

Lorsque les chefs d’accusation ont été lus dans la salle de cour, elle a plaidé non coupable d’une petite voix.

«Vous êtes maintenant saisis du sort de Mme Sorella», a dit la juge Bourque aux jurés.

Adèle Sorella est représentée par Guy Poupart et Pierre Poupart, les avocats qui ont défendu l’ex-cardiologue Guy Turcotte, aussi accusé d’avoir tué ses deux enfants.

Lundi matin, les avocats ont obtenu que Mme Sorella puisse rester assise aux côtés de procureurs de l’équipe durant le procès, et non dans le box des accusés.

La femme de 52 ans est accusée du meurtre au premier degré de ses deux filles, Amanda, 9 ans, et Sabrina, 8 ans.

Le procès de la femme devrait durer trois mois. Il y aura une pause pour le temps des fêtes et il se poursuivra par la suite.