Gilles Denis a été avisé vers 3 h, dimanche, que son commerce était la proie des flammes.

Le IGA de Cookshire-Eaton touché par un incendie criminel

Un incendie considéré d’origine criminelle par la Sûreté du Québec (SQ) s’est déclaré près du quai de déchargement du IGA de Cookshire-Eaton, très tôt dans la nuit de samedi à dimanche. Même s’il semblait abasourdi, le propriétaire du commerce, Gilles Denis, se dit prêt à se relever les manches pour rouvrir son épicerie le plus tôt possible.

« Moi, je veux servir le monde le plus vite possible, exprime-t-il, en entrevue avec La Tribune. Il n’y a pas d’autre épicerie près d’ici. Il faut vraiment travailler fort. On se sent un peu impuissant, car on dépend d’un paquet d’inspecteurs. Comme on est loin des grands centres, on attend », lance celui qui emploie 65 personnes. 

M. Denis peine à croire que l’incendie soit criminel. « C’est sûr que ça va nous toucher beaucoup si c’est d’origine criminelle. Mais ça ne fait rien, ça ne nous empêchera pas de continuer. Je suis impliqué un peu partout. Je suis un peu sceptique, mais je serais très déçu », soutient-il. 

Gilles Denis a été avisé très tôt dans la nuit de samedi à dimanche que son commerce était la proie des flammes. « À 3 h, j’ai eu le téléphone d’une voisine pour me dire qu’il y avait le feu. On est débarqués rapidement et on a appelé les pompiers, qui ont éteint le feu assez vite. Au-dessus du quai de débarquement, c’est la salle mécanique. C’est là qu’il y a les gros dommages », déplore le propriétaire, qui possède l’épicerie depuis 1988. 

« L’eau des gicleurs et des pompiers a coulé dans le magasin, poursuit-il. On risque de faire de grosses pertes. Des gens sont venus ce matin et on attend que les circuits sèchent pour repartir tout ça. »

Personne n’a été blessé dans l’incendie.

Un « bon bâtiment »

« On a un très bon bâtiment! Je n’en reviens pas, c’est incroyable. Avec le feu qu’on avait, ce que ç’a donné, on aurait pu avoir plus de dégâts. Le soulagement, on va l’avoir quand on va repartir l’épicerie [...] Notre bâtiment est neuf. Il est certifié LEED. C’est bien fait. Il est bien conservé. Il faut dire qu’on a de bons pompiers », mentionne M. Denis, qui se réjouit du réconfort et du soutien exprimés par les citoyens de la municipalité. 

Le directeur du Service incendie de l’agglomération de Cookshire-Eaton, Éric Cloutier, confirme que la structure du bâtiment a aidé les pompiers. « Le bâtiment respecte les codes d’aujourd’hui en rapport avec les incendies. Ça nous aide à nous donner du temps pour faire une intervention. Avec les gicleurs, c’est comme si on avait déjà des pompiers sur place. Ça refroidit et ça ralentit. Ça donne la chance de s’installer et de faire une bonne extinction avant que le feu se propage », explique-t-il. 

De plus, l’intervention rapide des sapeurs n’a certainement pas nui. « Comme c’est en plein cœur de Cookshire, plusieurs pompiers à temps partiel habitent très près. Le temps-réponse a été efficace », assure le directeur. 

« Quand on est arrivés, c’était l’embrasement complet du mur extérieur et du mur de côté, raconte-t-il. On voyait aussi un peu de feu à l’intérieur, car il avait passé par la ventilation de la salle mécanique. »

« On a rabattu les flammes extérieures et on a fait deux équipes d’attaque qui sont entrées dans l’épicerie, enchaîne M. Cloutier. Ils ont constaté qu’il y avait très peu de dommage d’incendie à l’intérieur. Les dommages ont surtout été causés par la fumée. »

Vingt-quatre pompiers de Cookshire-Eaton et dix d’East Angus sont intervenus. Des enquêteurs de la Sûreté du Québec étaient également sur place dimanche midi.