Malgré l'enquête policière, l'auteur des graffitis haineux récidive à Drummondville.

Le graffiteur persiste malgré l'enquête policière

L'enquête policière amorcée la semaine dernière visant à mettre le grappin sur un graffiteur aux propos haineux n'a pas empêché le contrevenant d'agir à nouveau.
Jeudi au petit matin, des passants circulant sur la piste cyclable dans le secteur de la 19e avenue, à Drummondville, n'ont pas pu rater les nombreuses «oeuvres» dessinées sur toute la longueur de l'usine de Serico, une entreprise ironiquement spécialisée dans la production de dessins et d'impressions.
À travers les gribouillis de piètre qualité, on pouvait clairement discerner un violent «Fuck les musulman (sic)», une affirmation qui n'a pas manqué d'agacer des passants et certains travailleurs de l'entreprise.
«Ça n'a pas sa place dans notre société, c'est clairement une incitation à la haine, je crains que ça finisse par provoquer une escalade de violence», a affirmé une dame préférant garder l'anonymat.
Rappelons que les murs de bâtiments publics et privés drummondvillois ont été la cible de graffiteurs à plusieurs reprises au cours des dernières semaines. Chaque fois, on a noté la présence de messages d'exclusions des musulmans. La Ville de Drummondville a fait preuve d'assiduité dans la réparation des dégâts causés jusqu'à présent.
Afin de mener à bien leur enquête, les policiers de la SQ invitent les citoyens qui détiennent de l'information au sujet de ces graffitis à communiquer avec la Centrale d'information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.
ypoisson@latribune.qc.ca