L'autopsie de Kylen Roy confirme les lésions

Kylen Roy est décédé des lésions cérébrales causées par un traumatisme crânien non accidentel (TCNA), soit le syndrome du bébé secoué.
Michée Roy
Le pathologiste judiciaire Dr Yann Dazé a conclu la preuve présentée par la procureure aux poursuites criminelles Me Marie-Line Ducharme au procès de Michée Roy.
Le pathologiste judiciaire Dr Yann Dazé est affirmatif concernant la cause du décès de l'enfant survenu six mois après son admission au CHUS en janvier 2015.
Le père de l'enfant, Michée Roy, subit son procès au palais de justice de Sherbrooke pour homicide involontaire coupable.
Les saignements repérés au cerveau de Kylen Roy au lendemain de son admission au CHUS, à l'âge de 69 jours, ont été confirmés par l'autopsie réalisée à la suite de son décès survenu le 7 juin 2015.
« Les trouvailles faites à l'autopsie confirment celles faites les 2 et 3 janvier », confirme le Dr Dazé lors de son témoignage, mercredi, devant la juge Claire Desgens de la Cour du Québec.
L'expert en pathologie judiciaire a pris connaissance des 2191 pages du dossier médical de Kylen Roy avant de soumettre son rapport d'autopsie.
Le Dr Yann Dazé confirme que Kylen Roy était en bonne santé dans les jours et les semaines qui ont précédé les événements du 1er janvier 2015 où il a été retrouvé en arrêt cardio-respiratoire au domicile de Michée Roy sur le chemin Melbourne à Richmond. Il souligne qu'aucun événement lors de la naissance de Kylen Roy ne peut avoir contribué à l'état dans lequel il a été retrouvé.
Étant donné que le traumatisme remontait à plus de six mois, il n'a pas jugé utile de faire appel à un neuropathologiste ou à un autre spécialiste pour faire des expertises plus poussées sur le cerveau de l'enfant.
« Devant l'absence de causes des événements, biochimiques, métaboliques ou problème de coagulation, j'en viens à la conclusion que les lésions cérébrales ont été causées par un traumatisme crânien non accidentel (...) J'attribue le décès de Kylen aux complications médicales causées par le TCNA. C'est une pneumonie qui l'a emporté à la fin, mais il n'aurait pas passé six mois à l'hôpital, n'eût été du TCNA au départ », témoigne le Dr Dazé qui a effectué plus de 1500 autopsies au cours de sa carrière, dont une vingtaine sur des enfants.
Il précise que la version la plus récente de Michée Roy concernant le fait qu'il aurait échappé son enfant, l'aurait rattrapé puis cogné ne peut expliquer, selon lui, les lésions au cerveau de même que les troubles neurologiques qui ont nécessité l'hospitalisation de Kylen Roy jusqu'à son décès.
« Ça prend un événement beaucoup plus sérieux pour expliquer les lésions chez Kylen (...) Aucune autre raison que le TCNA ne peut expliquer les hémorragies retrouvées chez Kylen Roy », soutient le témoin expert en pathologie judiciaire, dont le témoignage a conclu la preuve menée par la procureure aux poursuites criminelles, Me Marie-Line Ducharme.
L'avocat de la défense, Me Félix-Antoine Doyon, a annoncé à la juge qu'il ne présentera pas de preuve pour la défense de son client.
Les deux avocats vont présenter leurs plaidoiries, jeudi, au cinquième jour du procès.