Jean-Pierre Raby

L'ancien chirurgien dentiste Raby plaide coupable

L'ancien chirurgien dentiste drummondvillois Jean-Pierre Raby, a plaidé coupable aux deux chefs de bris de condition déposés contre lui après qu'il se soit barricadé dans sa résidence de la rue du Golf, le 26 avril.
L'accusé a reconnu avoir laissé un message sur le répondeur de son ex-conjointe le 20 avril, alors qu'il lui était pourtant interdit de communiquer avec elle. Il a aussi reconnu avoir été en possession de deux armes blanches, le 26 avril, au moment où les policiers se sont présentés chez lui afin de procéder à son arrestation.
Le dentiste, qui a cessé de pratiquer en décembre 2013, demeurera derrière les barreaux jusqu'au prononcé de sa peine. Il possède un dossier criminel bien garni.
Depuis 2012, il a été reconnu coupable d'au moins 14 chefs d'accusation, dont près d'une dizaine de bris de probation. Il a notamment été condamné à des amendes et quelques séjours derrière les barreaux dans des dossiers de violence conjugale.
Le 26 avril, la situation avait nécessité le déplacement du groupe d'intervention tactique de la Sûreté du Québec. Il a refusé de coopérer avec les patrouilleurs qui tentaient de l'arrêter pour ne pas avoir respecté ses conditions de libération.
Après quelques efforts de négociations, les agents ont finalement été en mesure de convaincre le forcené de poser son couteau et de se rendre peu après 18 h. Il a été amené au centre hospitalier Sainte-Croix pour y être soigné.