L’ACEF met en garde contre de la sollicitation à domicile

L’ACEF Estrie met encore en garde la population contre de la sollicitation à domicile effectuée dans le secteur Fleurimont à Sherbrooke. Des gens auraient été confrontés à de la vente sous pression pour des récupérateurs thermiques, note l’organisme.

Les appareils sont coûteux. Dans certains cas, le coût s’élevait à 16 700 $ après les taxes et un rabais de 2500$. De plus, des contrats auraient été non conformes.

« Les gens qui nous ont téléphoné cette semaine ont signalé des personnes faisant du porte à porte qui affirmaient ne rien vendre, mais posaient beaucoup de questions sur la consommation d’électricité et demandaient à voir le panneau électrique. Des consommateurs avertis des techniques des vendeurs de thermopompes les ont éconduits fermement. Mais d’autres personnes nous ayant contacté un peu plus tôt cet automne ont signé sous pression et regrettaient amèrement », indique Sylvie Bonin, coordonnatrice de l’Association coopérative d’économie familiale de l’Estrie.

« Et ça, c’est avant les intérêts, puisque l’appareil devra être financé sur plusieurs années.» 

Dans les cas de sollicitation à domicile, les gens ont un délai de dix jours pour annuler la vente. Cela s’applique même si l’appareil est déjà installé, précise l’ACEF. 

« Dans le dossier des consommateurs qui nous ont téléphoné, le contrat n’était pas conforme, car le formulaire de résolution de contrat, n’était pas inclus au contrat tel qu’exigé par la loi», souligne Mme Bonin.

«Dans ces cas, les consommateurs ont un délai d’un an pour annuler.» 

Pour pousser les gens à signer, la vendeuse aurait laissé entendre que le rabais provincial était en quantité limité par région. Si les gens attendaient, il pourrait être trop tard pour en profiter, ajoute Sylvie Bonin. «Il n’était pas clair si elle parlait du rabais-maison, que les consommateurs financent eux-mêmes à partir d’un prix initial vraiment très élevé, ou du crédit d’impôt, mais elle semblait parler de celui-ci», dit-elle. 

«Concernant le crédit d’impôt Rénovert, le crédit d’impôt est en vigueur jusqu’au 31 mars 2019 et il n’y a aucune limite par région. Il n’y a donc aucune raison de signer rapidement, sous pression.»

L’ACEF recommande de ne jamais signer un tel contrat le jour même, de toujours prendre le temps d’évaluer si le produit correspond vraiment à ses besoins et moyens. On suggère aussi de magasiner chez les commerçants de la région. 

« Dans de nombreux cas vu à l’ACEF, les commerçants locaux pouvaient offrir un appareil similaire à 40 ou 50 pour cent moins cher. Et le service après-vente est souvent meilleur » indique Mme Bonin.

Elle invite les gens qui pensent être concernés à communiquer avec l’ACEF au 819 563-8144.