Les policiers avaient déployé l’artillerie lourde pour retrouver Sébastien Labelle à Stanstead.
Les policiers avaient déployé l’artillerie lourde pour retrouver Sébastien Labelle à Stanstead.

Labelle accusé d’avoir tiré en direction des policiers à Stanstead

Sherbrooke — Dans sa cavale armée dans la soirée de samedi, Sébastien Labelle aurait tiré en direction des policiers qui tentaient de le localiser.

L’individu de 42 ans de Stanstead-Est a comparu, lundi, devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec au palais de justice de Sherbrooke.

À LIRE AUSSI: L’identité du tireur de Stanstead dévoilée

En se référant aux accusations portées contre Sébastien Labelle, ce dernier aurait commis une agression armée sur le chemin Curtis à Stanstead Est, où il réside, avant d’entreprendre une cavale. 

En fin de journée, samedi, des coups de feu ont été entendus dans le secteur de Stanstead.  

Une accusation d’avoir utilisé une arme à feu lors de sa fuite après avoir perpétré une agression armée a été portée contre lui.

La Sûreté du Québec a déployé ses forces pendant toute la soirée, samedi, pour retrouver l’individu. Le Service de police de Sherbrooke, la Gendarmerie royale du Canada et la Régie de police de Memphrémagog sont venus prêter main-forte pour localiser le forcené.

Dans sa fuite de plus de cinq heures, Sébastien Labelle aurait notamment tiré des coups de feu en direction des policiers.

Huit accusations ont été portées contre lui, lundi, dont celle d’avoir déchargé une arme à feu dans l’intention d’échapper à son arrestation contre trois policiers.

Cette accusation est passible d’une peine minimale de quatre années de prison.

Il est aussi accusé d’entrave au travail des policiers dans l’exercice de leurs fonctions.

Trois accusations de voies de fait en utilisant une arme contre autant de policiers ont été déposées contre Sébastien Labelle.

Le suspect armé a été arrêté vers 23 h à Stanstead sur le chemin Hackett, à quelques kilomètres de l’endroit où sa fuite a commencé. 

Des accusations d’utilisation négligente d’arme à feu et de possession d’arme sans permis ont aussi été déposées contre lui.

C’est à partir du Centre de détention de Sherbrooke que Sébastien Labelle a été formellement mis en accusation devant le tribunal.

La procureure aux poursuites criminelles Me Isabelle Dorion s’est opposée à sa remise en liberté.

Des interdictions de contact avec les victimes alléguées ainsi que ses enfants ont été émis par le tribunal.

L’avocat de la défense Me Patrick Fréchette a reporté le dossier au 17 juin prochain pour procéder à l’enquête sur remise en liberté.

« J’ai l’intention de vous demander de procéder. J’envisage la possibilité de demander une thérapie », a expliqué l’avocat de la défense.

« Un audio pourra être entendu lors de l’enquête sur remise en liberté. C’est l’enregistrement de l’appel 9-1-1. Nous voulons procéder rondement », a ajouté Me Dorion.

L’enquête de la SQ se poursuit dans ce dossier. D’autres accusations pourraient être portées contre Labelle.

De nombreux résidents de Stanstead ont passé leur samedi soir sur le qui-vive. 

« Certains témoins doivent être rencontrés. Il pourrait y avoir de nouveaux chefs d’accusation. Je pourrais remettre toute la preuve à la défense rapidement », signale Me Dorion.

Sur Facebook, la municipalité avait demandé aux citoyens de rester à l’intérieur de leur domicile pendant qu’une dizaine de voitures de police et un fourgon blindé circulaient à Stanstead. 

La SQ avait publié une photo de l’individu sur son compte Twitter. On y indiquait que l’homme mesurait 1,78 m, portait des jeans bleus, un coton ouaté noir et une casquette noire.

Personne n’a été blessé lors de cette intervention policière.