La victime aimerait savoir

Jean-François Gagnon
Jean-François Gagnon
La Tribune
MAGOG — On ignore toujours sous quel bateau Mathieu Desautels s’est retrouvé, au lac Memphrémagog, le 1er août dernier, après une chute survenue en effectuant du surf en compagnie d’amis. Le jeune homme a craint de perdre la vie, à ce moment-là, et aimerait bien savoir qui était à la barre du bateau dont l’hélice a tournoyé dangereusement autour de lui.

Pour le moment, les autorités policières ignoreraient qui pilotait le bateau impliqué au moment de l’incident. Il s’agirait cependant d’un speed boat d’après les témoignages recueillis.

Au départ, la Régie de police Memphrémagog avait pris l’affaire en mains. Mais, au bout d’un temps, le service de police de Magog s’est aperçu que l’incident relevait plutôt de la Sûreté du Québec, puisque celui-ci s’était produit dans le secteur de Potton, territoire patrouillé par le corps policier provincial.

Certaines informations provenant de témoins de la scène ont été compilées par la Régie de police Memphrémagog dans ce dossier avant qu’on s’aperçoive que le cas relevait de la SQ. 

Le transfert du dossier du premier corps policier vers le second s’effectuera normalement au cours des prochains jours. La SQ offrira plus d’information lorsque son enquête aura donné des résultats concrets.

La sergente Nathalie Fréchette, de la Régie de police Memphrémagog, souligne que de tels incidents sont rares au lac Memphrémagog. « C’est la première fois en 30 ans que j’entends parler de quelque chose du genre. En général, je pense que les gens se comportent bien lorsqu’ils sont sur l’eau avec leur bateau », lance-t-elle.

Cela dit, Mme Fréchette souligne que le nombre de noyades est en hausse au Québec cet été. Peut-on faire un lien entre l’incident du 1er août et ce phénomène? À chacun d’en juger.

Selon le témoignage du surfeur, le bateau fautif s’est rapidement éloigné de la scène sans s’enquérir de son état. « Il a mis les gaz à fond et a quitté les lieux pour se diriger vers la baie Sargeant. Nous nous sommes mis à sa poursuite pour prendre son numéro, mais il était plus rapide que nous. »

« J’ai failli perdre la vie. J’ai été très chanceux. Ce n’est pas tout le monde qui aura cette chance dans une situation semblable. S’il vous plait, partagez mon histoire pour m’aider à retrouver ceux qui m’ont presque tué », a-t-il témoigné sur Facebook.