La sécurité sera analysée sur la rue Suzor-Côté à la suite de cet accident.
La sécurité sera analysée sur la rue Suzor-Côté à la suite de cet accident.

La sécurité sur Suzor-Côté sera analysée

René-Charles Quirion
René-Charles Quirion
La Tribune
L’accident survenu lundi soir sur la rue Suzor-Côté à Sherbrooke s’ajoute aux éléments de sécurité à améliorer dans ce secteur en plein développement.

Une accusation de conduite dangereuse pourrait être déposée contre une femme de 27 ans qui a perdu le contrôle de son véhicule à haute vitesse dans cette rue résidentielle. Une fillette de 9 ans venait à peine de traverser la rue lorsque le véhicule de l’automobiliste est passé avant de percuter un poteau. Le véhicule a ensuite reculé sur quelques mètres pour terminer sa course contre un autre véhicule.

Un constat de 489 $ lui a été émis pour avoir conduit seule son véhicule avec un permis d’apprenti conducteur.

À la suite de cet événement, des citoyens ont souligné à La Tribune la vitesse élevée de certains automobilistes et un problème de circulation où les automobilistes y passent pour rejoindre le parc du Barrage au lieu de rester sur la rue Galt Ouest.

Ni le Service de police de Sherbrooke ni le conseiller municipal du district de l’Université Paul Gingues n’ont reçu de plainte en ce sens.

Cependant, le conseiller municipal assure qu’il analysera la situation.

« Il n’y a aucun compromis à faire avec la sécurité. La vitesse dans nos rues est un problème qui tarde à être réglé. Je crois qu’il faut regarder à abaisser la vitesse à 40 km/h ou même 30 km/h dans certaines rues résidentielles », croit M. Gingues.

Ce dernier a constaté que la rue Suzor-Côté dispose d’un endroit qui peut être propice à prendre de la vitesse.

« Installer des dos-d’âne, même si c’est une solution malaimée par la voirie étant donné les difficultés avec le déneigement, peut être envisagée. Rendre la rue sens unique pour éviter que les gens y circulent pour se rendre au parc du barrage pourrait être une autre option. Il faudra analyser la situation plus attentivement », croit Paul Gingues.

Le conseiller municipal a déjà demandé à l’arrondissement des Nations d’analyser la possibilité d’interdire le stationnement sur Galt Ouest dans ce secteur à la suite d’une demande d’un citoyen.

« L’extrémité de la rue Galt Ouest et le secteur du boulevard Université entre les rues Fernand-Bachand et Labbé se sont beaucoup développés. Des trottoirs ont été ajoutés, mais des marcheurs et des cyclistes ne se sentent pas en sécurité dans certains secteurs. Nous continuons à veiller à la situation et à effectuer les améliorations. Je suis très sensible à la sécurité des citoyens », assure Paul Gingues.