Stéphane Houle et son avocat Me Christian Raymond lors des observations sur la peine au palais de justice de Sherbrooke jeudi.

La prison ou des travaux communautaires pour Stéphane Houle

Stéphane Houle pourrait être incarcéré pour avoir négligé ses animaux.

L’individu de Coaticook subissait jeudi, au palais de justice de Sherbrooke, les observations sur la peine pour avoir fait souffrir inutilement deux chiens et un chat et pour « avoir volontairement négligé ou omis de fournir les aliments, l’eau, l’abri et les soins convenables ou suffisants » à ces animaux.

La procureure aux poursuites criminelles Me Émilie Baril-Côté demande au juge Serge Champoux de la Cour du Québec d’imposer une peine de six mois de prison, alors que l’avocat de la défense Me Christian Raymond réclame une peine de 100 heures de travaux communautaires.

L’accusé a témoigné lors des observations sur la peine, jeudi.

Il souligne ne pas avoir d’emploi parce qu’il est étiqueté comme « le batteur de chiens ». 

« Je suis limité dans la région de Coaticook. Je pense déménager pour me trouver un emploi », ajoute-t-il.

Ce dernier affirme que des pancartes ont été installées chez lui. Il se dit victime de menaces et déplore que des méfaits ont été commis sur son véhicule. Il affirme avoir dû changer de véhicule à quatre reprises au cours de la dernière année.

Il n’a cependant pas porté plainte à la police dans ces différentes affaires.

Aide sociale depuis 1996

Houle a indiqué être sur l’aide sociale depuis 1996 et a avoué faire des petits travaux à certains moments. Il a mentionné qu’il ne travaillait pas afin de s’occuper de ses enfants.

En mai dernier, au moment de déclarer Houle coupable, le juge a précisé qu’il n’a pas cru la version de l’accusé. Houle prétendait lors de son procès avoir bien traité ses animaux entre le 15 novembre 2016 et 15 avril 2017, période des infractions reprochées.

Les trois animaux, deux chiens et un chat appartenant à Houle, ont été saisis et confiés à des vétérinaires à la suite de la perquisition effectuée chez lui sur la rue Child en avril 2017.

La fille de Houle a demandé l’aide d’un ami afin de sortir le chien du logement de la rue Child à Coaticook le 22 avril 2017.

« Je ne comprends pas la décision concernant le petit chien. Je n’ai pas déposé toutes les preuves. J’ai essayé de nourrir mon chien du mieux que je pouvais. Je ne nie pas ce qui a été dit, mais je ne savais pas que ce qui lui était donné n’était pas bon pour lui », a mentionné Houle au tribunal.

Houle a été arrêté en août pour une affaire de voies de fait graves. 

Stéphane Houle connaîtra sa peine le 28 septembre prochain.