La photo du vol d'Éric Carrier circule sur Facebook.

La photo de son vol circulait sur Facebook

Voleur à l'étalage notoire à Sherbrooke, Éric Carrier passera les huit prochains mois derrière les barreaux.
L'individu de 48 ans aux antécédents judiciaires imposants a ajouté une série de vols commis depuis mars 2015.
Mardi, devant la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec au palais de justice de Sherbrooke, Carrier a plaidé coupable à une série de vols à l'étalage et à des bris d'engagement.
La photo d'Éric Carrier circule abondamment sur les réseaux sociaux depuis le début du mois de novembre, alors qu'il a réalisé le dernier, mais le plus imposant vol de cette série, un vélo d'une valeur de 3500 $.
Sur sa page Facebook, Sports Marcel-Langlois de la rue Galt Ouest a publié des photos des caméras de surveillance du commerce sur lesquelles le visage de Carrier est clair et net.
Éric Carrier a demandé à la juge Fabi si elle pouvait émettre une ordonnance pour faire retirer le message Facebook de ce vol. Requête qui a été déclinée par la juge.
Carrier a reconnu un vol de nourriture au IGA, un remboursement frauduleux d'une consigne au Provigo, un vol de produits cosmétiques à la Grande Ruche, le vol de deux bouteilles de parfum au Uniprix, celui d'une caméra de 500 $ au Atmosphère, d'un manteau au Momo Sport en novembre dernier de même que le vélo de 3500  $ chez Sports Marcel-Langlois.
La juge a imposé une peine de huit mois et une probation de deux ans. La juge l'a inivité à poursuivre ses efforts afin qu'il règle son problème de toxicomanie.
La peine a été imposée par la juge à la suite d'une suggestion commune de l'avocat de la défense Me Christian Raymond et du procureur aux poursuites criminelles Me Régis Juneau-Droiet.