Le financier Louis Lagassé continue de réclamer « un procès juste et équitable ».

La Cour française reçoit l'appel formulé par Louis Lagassé

La justice française reçoit favorablement l’appel formulé par l’homme d’affaires sherbrookois Louis Lagassé à la suite de sa condamnation imposée par le tribunal judiciaire de Quimper en France il y a quelques jours.

La réponse réjouit M. Lagassé, qui avait dix jours pour en appeler de la décision rendue contre lui le 16 janvier.

Rappelons qu’il a été condamné à trois ans d’emprisonnement délictuel, à une amende de 375 000 euros et à dédommager financièrement diverses parties intimées pour avoir effectué de nombreuses « ponctions de trésorerie » dans les coffres de l’entreprise Lagassé communication et industries (LCI), à Douarnenez en Bretagne.

Le financier Louis Lagassé continue de réclamer « un procès juste et équitable ». 

« Un jour, un homme m’a dit : ‘‘Un pays sans justice est une prison’’ », a spontanément lancé le septuagénaire, soulagé après que son avocat lui ait appris la décision du tribunal d’appel, en France, déclare-t-on dans un communiqué de presse diffusé mercredi après-midi.

Conformément aux dispositions des Codes de procédure civile et pénale de la République française, M. Lagassé continuera de jouir à 100 pour cent de sa liberté et de tous ses droits, souligne-t-on, tout en avouant que les jours sont difficiles pour lui et ses proches. « En toute humilité », il dit comprendre et trouver normal que la communauté ait senti un grand malaise à son égard.

« Ces derniers jours furent particulièrement éprouvants pour ma famille et moi », témoigne-t-il. 

« Ça donne des frissons, tout ce qui se passe et cette énergie négative. Ça rend profondément triste... » 

Louis Lagassé veut garder sa réputation d’homme déterminé qui « se tient debout devant l’adversité », poursuit-on. Conscient qu’il poursuit « le plus grand défi de sa vie », il se dit confiant et serein, « prêt pour la prochaine étape ». 

« J’ai été droit. J’ai enseigné le droit. Je vais tout faire pour rétablir ma réputation et défendre mes droits et mon honneur... Je me sens privilégié des centaines de témoignages d’appuis des gens reçus par courriel, textos, appels téléphoniques ou sur la rue, ces derniers jours. » 

M. Lagassé ne veut pas accorder d’entrevue pour le moment afin de respecter le processus judiciaire, précise-t-on.

Celui qui a siégé au conseil d’administration d’Hydro-Québec s’était présenté devant les médias vendredi dernier pour un court point de presse. L’homme d’affaires n’avait pas voulu répondre aux questions des journalistes.