Jean-François Labrie

La cause du révérend Labrie en délibéré

Entamé en octobre 2017, le procès de Jean-François Labrie de l’Église Inter-Foi de North Hatley connaîtra son dénouement en août prochain.

Le révérend Labrie est accusé de 21 chefs de pratique illégale de la médecine.

À lire aussi: Jean-François Labrie refuse le titre de guérisseur

À la suite des plaidoiries de l’avocat de la défense Me Robert Brunet et de l’avocate du Collège des médecins Me Joanie Poirier, mercredi, le juge Érick Vanchestein de la Cour du Québec a pris la cause en délibéré au palais de justice de Sherbrooke. Il rendra sa décision le 9 août.

Les chefs d’accusation portées par le Collège des médecins concernent le fait que Jean-François Labrie a laissé croire qu’il était autorisé à exercer la médecine lors d’une consultation, qu’il a fait des diagnostics, qu’il a prescrit des médicaments et qu’il a déterminé le traitement médical sans être titulaire d’un permis valide et approprié et sans être inscrit au tableau du Collège des médecins.

Me Poirier mentionne que les gestes posés par Jean-François Labrie ne sont pas les mêmes que ce soit avec l’arthrose d’une plaignante ou les problèmes au foie d’une autre.

Jean-François Labrie et son avocat Me Robert Brunet

« La preuve est telle qu’il ne fait pas ses manipulations au même endroit. Il effectue un processus intellectuel pour placer ses mains à différents endroits. C’est un exemple flagrant qu’il effectue un diagnostic », signale Me Poirier.

En défense, Me Brunet demande au juge d’acquitter Jean-François Labrie de tous les chefs d’accusation portés par le Collège des médecins.

« Les accusations n’ont aucune assise factuelle », soumet Me Brunet.

Le procès avait repris en début de semaine après une année avec la défense.

Jean-François Labrie a notamment témoigné pour sa défense en affirmant qu’il n’était pas un guérisseur et qu’il recevait les gens bénévolement.

C’est une requête en arrêt des procédures rejetée par le juge Vanchestein pendant le procès et contestée jusqu’à la Cour suprême par la défense qui a causé le report du procès de plusieurs mois.