Des accusations concernant des menaces qui auraient été faites envers le maire de Sherbrooke et la communauté musulmane ont été déposées contre Réjean Hurdle.

Jugé apte, Hurdle accusé de menaces contre le maire Sévigny

Des accusations concernant des menaces qui auraient été faites envers le maire de Sherbrooke et la communauté musulmane ont été déposées contre Réjean Hurdle.
Ce dernier a été arrêté la semaine dernière après un épisode de menaces envers Bernard Sévigny, le maire de Québec, Régis Labeaume, ainsi que les mosquées de Sherbrooke.
Évalué en psychiatrie légale, l'individu de 57 ans a été déclaré apte à faire face aux procédures judiciaires.
Il a formellement comparu relativement aux accusations de menaces, de méfait public en faisant entreprendre une enquête relative aux explosifs et d'avoir fourni de faux renseignements.
Des accusations d'entrave, de voies de fait et de menaces envers les policiers, qui avaient procédé à son arrestation, ont aussi été déposées.
Hurdle, qui était intoxiqué au moment de son arrestation, n'avait pas consommé depuis juin 2016. Il était vraisemblablement en rechute lors des événements.
Aucune accusation n'a été portée relativement à des menaces faites contre le maire de Québec qui était l'invité de Bernard Sévigny le 8 février dernier au match entre le Phoenix de Sherbrooke et les Remparts de Québec au palais des sports de Sherbrooke.
Les propos menaçants auraient été faits envers « Bernard Sévigny et ses acolytes », alors le ministère public n'est pas en mesure de faire une preuve hors de tout doute raisonnable que Régis Labeaume était directement visé.
La procureure aux poursuites criminelles Me Isabelle Dorion s'est objecté à la remise en liberté de Hurdle. L'avocate de la défense Me Mélissa Gilbert a remis le dossier au 20 février prochain.
Le tribunal a émis une interdiction à Hurdle de communiquer avec le maire de Sherbrooke.
Les appels de Hurdle auraient été faits à la centrale 9-1-1 forçant l'évacuation de la loge de la Ville de Sherbrooke où les deux maires assistaient au match de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ).
Le match n'a jamais été interrompu, mais des recherches ont été faites dans l'amphithéâtre.
Les menaces se sont poursuivies en soirée, alors que Hurdle aurait continué à faire des menaces au 9-1-1 concernant les mosquées de Sherbrooke. Les enquêteurs ont rapidement repéré le suspect par diverses techniques d'enquête. Il aurait effectué neuf appels à la centrale d'urgence.
Réjean Hurdle possède de nombreux antécédents judiciaires notamment en matière de violence, stupéfiants et bris de conditions qui remontent jusqu'en 1987.