Les conditions routières n’étaient pas favorables mardi matin.

Journée difficile sur les routes

Les conditions routières ont donné des maux de tête à bien des automobilistes, mardi matin. En cette première chute de neige hâtive, plusieurs automobilistes sherbrookois ont dû faire preuve de patience.

Deux camions ont compliqué la circulation sur le territoire en matinée. Sur le boulevard de l’Université, un camion s’est renversé sur le côté.

La tempête automnale en photos

Sur la 12e Avenue, dans le secteur du CHUS Fleurimont, un autre camion a nécessité l’intervention des services d’urgence.

Une fuite de carburant s’est produite quand on a tenté de déloger le semi-remorque de 53 pieds.

Le Service de police de Sherbrooke (SPS) a dû déployer des effectifs aux quatre coins de la ville, notamment où se trouvent des côtes importantes du réseau routier.

« On remarque que plusieurs ont encore leurs pneus d’été », déplore Martin Carrier, porte-parole du SPS.

« La date limite a beau être le 1er décembre pour faire poser ses pneus d’hiver, il y a aussi la logique et le sens des responsabilités à respecter. Si tu as encore des pneus d’été une journée de tempête comme aujourd’hui, tu te mets en danger et tu mets en danger la vie des autres automobilistes et celles des gens des équipes d’urgence qui doivent intervenir. »

En raison des conditions météo qui prévalaient tôt mardi matin et celles annoncées pour la journée, les commissions scolaires de la région ont décidé de suspendre le transport scolaire et les cours de leurs écoles primaires et secondaires.

M. Carrier note que le fait d’avoir fermé les écoles a grandement aidé en ce matin de tempête. « Il y avait moins de trafic. Peut-être que les gens commencent à comprendre de ne pas prendre la route si le déplacement n’est pas urgent », dit-il.

À la Sûreté du Québec, on ne signale pas d’événement particulier. On remarque toutefois que le trafic était moins lourd sur le réseau.

Chez Transports Québec, on a aussi remarqué moins de véhicules sur les routes. « Le réseau était enneigé mardi matin, mais il s’est amélioré par la suite, explique Dominique Gosselin, porte-parole du MTQ.

« Le déneigement se fait en boucle et le mot d’ordre est de ne pas laisser la neige s’acumuler sur la chaussée. Tous les effectifs étaient sur le terrain. Quand les écoles sont fermées, les opérations de déneigement se font plus facilement. »

En fin d’après-midi, la circulation a aussi été difficile. Un autre camion et un autobus ont connu des moments difficiles dans le secteur de l’intersection de la rue Galt Ouest et du boulevard de l’Université.

Les corps policiers de la région ne signalaient pas d’autres événements du genre lors du retour à la maison.

Un camion s’est renversé sur le boulevard de l’Université.

+

L’Estrie gâtée

Les régions du Québec situées le long de la vallée du Saint-Laurent et particulièrement celles plus au sud et à l’est du fleuve ont reçu des quantités de neige appréciables, mardi. Après avoir frappé le sud-ouest du Québec, la première tempête de la saison s’est ensuite dirigée vers l’est.

Les accumulations ont atteint généralement les 20 centimètres dans la région de Montréal, un peu moins sur la Rive-Nord et un peu plus en Montérégie.

Ce sont surtout les régions de l’Estrie, de la Beauce, du Bas-du-Fleuve et de la Gaspésie qui ont été gâtées, où l’on parle davantage de 20 à 30 centimètres de neige et même 40 par endroits.

Bien qu’aucun record n’ait été battu, il s’agit tout de même d’un phénomène inhabituel, selon le météorologue Alexandre Parent, d’Environnement Canada : « Pour la grande région de Montréal, ce type de bordée arrive en moyenne vers la mi-décembre, donc on est un bon mois en avance et c’est vrai également sur les secteurs plus à l’est; on est deux à trois semaines à l’avance. Sans être extraordinaire, c’est une bordée de neige qui arrive de façon hâtive, assurément. »

Bien que des perturbations et fermetures temporaires ont été requises ici et là en raison de sorties de routes et d’accidents, aucune route n’a été fermée à cause d’une accumulation trop importante de neige ou d’une visibilité nulle.

Cependant, une interdiction de circuler pour les véhicules lourds était en vigueur dans Charlevoix et en Haute-Côte-Nord, soit sur la route 138 entre La Malbaie et Forestville. Les mauvaises conditions météorologiques ont également forcé l’interruption de la traverse Matane-Baie-Comeau-Godbout en raison de la houle.

Selon Transport Québec, les routes aux abords du fleuve et en terrain découvert exigeaient une grande prudence, notamment les routes 20, 40, 132 et 138, qui étaient de partiellement enneigées à enneigées avec des lames de neige et des visibilités réduites par la poudrerie.

Plusieurs vols ont également été retardés et certains annulés à l’aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau.  La Presse canadienne

Il y avait moins de circulation sur le réseau routier de l’Estrie en cette journée de tempête.