Riadh Marouani et Mohammad Moeini
Riadh Marouani et Mohammad Moeini

«J’ai perdu un collègue de travail, un ami. Un frère même!»

«J’ai perdu plus qu’un collègue de travail, un ami. Mohammad a été un frère même!»

Riadh Marouani était encore sous le choc, jeudi, plus de 24 heures après l’écrasement d’un appareil, mercredi en Iran, emportant vers la mort 176 personnes, dont Mohammad Moeini, 35 ans, un Sherbrookois qui travaillait pour Bombardier Produits récréatifs (BRP) à Valcourt.

À LIRE AUSSI: Un Sherbrookois parmi les victimes de l’écrasement

Écrasement en Iran: l’avion abattu par un missile, avance Trudeau

Vol 752: vigile devant le parlement [VIDÉO]

M. Marouani gardera à jamais le souvenir d’un homme qui l’a pris sous son aile lors de son arrivée chez BRP, où il travaille lui aussi.

« Mohammad m’a aidé au début, autant professionnellement qu’au sein de la compagnie », affirme celui qui est arrivé au Québec en 2017 et qui travaille chez le manufacturier de véhicules récréatifs depuis une dizaine de mois.

« Il ne disait jamais non quand tu lui demandais de t’aider. Mohammad me prêtait même sa voiture. Il était tellement gentil.»

Mohammad Moeini était concepteur mécanique à Valcourt depuis près de trois ans. « La dernière fois que je l’ai vu, nous étions à l’aéroport de Montréal. Lui partait pour l’Iran, moi, pour la Tunisie », ajoute-t-il.

« Mohammad m’a dit de prendre soin de moi. Ce sont les dernières paroles qu’il a prononcées… »

Riadh Marouani suit les développements de l’écrasement depuis mercredi matin via les médias, internet et des appels téléphoniques. Les informations voulant qu’un missile puisse être à l’origine de l’écrasement attriste ce concepteur électrique.

« C’est choquant d’apprendre ça! C’est du terrorisme. Des victimes innocentes ont perdu la vie », lance-t-il  lors d’un entretien accordé à La Tribune.

« On doit réagir. On doit avoir la vérité sur ce qui s’est passé. On doit le faire pour les familles. C’est leur droit. J’ai confiance que le gouvernement (canadien) trouvera la vérité. »

Mohammad Moeini était célibataire et n’avait pas d’enfant, assure Marouani.  Il a toutefois de la famille à Montréal. Ce dernier a pu communiquer avec le frère du défunt.

MM. Moeini et Marouani n’œuvraient pas dans le même département chez BRP. L’annonce de la mort tragique d’un des  membres de l’équipe de BRP à Valcourt a atterré  tout le monde. « Tout le monde est triste. Mohammad était connu de plusieurs employés », assure-t-il avec émotion.

« Chacun se souviendra  à jamais de son sourire… »