Incendies criminels: l'organisme Parole de vie tente de comprendre

Victime de deux incendies criminels en vingt-quatre heures, l'organisme Parole de vie de Sherbrooke ne comprend pas comment elle peut être la cible de tels gestes.
Une maison mobile située sur les terrains de l'organisme du chemin Thomas-Woodward a été la cible d'incendie criminel dimanche et lundi soir.
«Certaines personnes sont plus nerveuses parce qu'elles ne comprennent pas pourquoi des gens voudraient causer des incendies sur nos terrains», explique le directeur de Parole de vie, Martin Jalbert.
Comme il l'a indiqué aux enquêteurs, Martin Jalbert confirme que l'organisme n'a reçu aucune menace, qu'il n'y connait aucun ennemi et qu'aucun employé n'a quitté en mauvais terme au cours des dernières semaines.
«Le bâtiment est situé dans le fond du terrain. Pour le feu de lundi soir, il y avait présence d'accélérant. Il n'y avait rien d'inflammable dans le bâtiment. Il y avait des lits de camp et du matériel de construction à l'intérieur. Je ne sais pas encore si ça vaut la peine de réclamer aux assurances. C'est vraiment déplorable comme événement», signale Martin Jalbert.