Un incendie criminel a été allumé vers 6 h 20 vendredi sur la rue Saint-Louis.

Incendie criminel sur la rue Saint-Louis

Un individu a été arrêté par le Service de police de Sherbrooke en lien avec l'incendie qui a lourdement endommagé un édifice à logements de la rue Saint-Louis à Sherbrooke, vendredi matin.
« C'est un incendie criminel. Une intervention humaine est à l'origine de cet incendie. Nous attendons les résultats d'analyse pour déterminer s'il y a eu présence d'accélérant », explique le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Philippe Dubois.
Le principal suspect dans cette affaire d'incendie criminel avait été arrêté au même endroit, jeudi soir, après une introduction par effraction dans cet édifice inoccupé.
« Nous n'avions aucune plainte concernant cet événement. L'individu avait été remis en liberté. C'est le même individu qui est détenu comme suspect important relativement à l'incendie de la rue Saint-Louis », explique le porte-parole du SPS.
Les pompiers du SPIS ont été appelés au 853 de la rue Saint-Louis vers 6 h 20.
« L'incendie s'est déclaré dans ce bâtiment de six logements qui n'étaient pas habités. À notre arrivée, il y avait des flammes sur la galerie du troisième étage et sur le côté du bâtiment. Il y avait une bonne présence de fumée et des flammes assez intenses », indique le directeur du SPIS, Stéphane Simoneau.
Trois alarmes ont été nécessaires, soit le déploiement d'une trentaine de pompiers.
« Le type de bâtiment nous a donné un peu de difficulté. Le feu se propageait dans les murs. Il a fallu faire de l'inspection et de la recherche avec des lance-perforatrices », mentionne le directeur du SPIS.
Le directeur du SPIS confirme que les pompiers avaient été appelés sur place jeudi dans la soirée.
Les voisins du bâtiment incendié ont été évacués par mesure préventive.
« C'est une voisine qui est venue cogner à ma porte pour me dire de sortir parce qu'il y avait le feu. Il n'y avait plus personne dans ces logements depuis au moins deux ou trois mois. Le bloc était vide au complet, mais des gens venaient des fois pour faire du vandalisme ou des graffitis », témoigne Caroline, une voisine de l'immeuble incendie, qui a été évacuée pendant le travail des pompiers.