L'incendie a complètement détruit la résidence.

Incendie Canton de Stanstead : un corps trouvé dans les décombres

Un corps en très mauvais état a été retrouvé par les pompiers dans un bungalow détruit par les flammes, vendredi soir dans le Canton de Stanstead. Une enquête est en cours pour déterminer la cause du décès ainsi que l’identité de la victime.

Les pompiers de la Régie incendie Memphrémagog Est ont reçu l’appel vers 16 h 34, un voisin qui passait devant la résidence, 12 chemin de l’Éléphant, avait repéré la fumée qui s’échappait de la toiture. Deux casernes ont été alertées pour rassembler une quinzaine de pompiers sur les lieux.

Arrivé sur les lieux, le chef des opérations Éric Richard a fait venir deux autres véhicules supplémentaires pour subvenir aux besoins en eau. Des pompiers ont tenté de fouiller la maison à la recherche de résidents.

« On avait des soupçons, mais étant donné l’intensité du brasier, on n’a pas pu effectuer d’attaque agressive au début. Oui, on est entrés dans le bâtiment à notre arrivée, mais le foyer était trop intense donc on a dû retirer nos effectifs, explique M. Richard. J’ai mis l’intervention sous contrôle à 22 h 29. Vers 23 h, c’est là qu’on a fait la recherche et qu’on a découvert le corps et qu’on a transféré l’information, et le dossier en entier, à la Sûreté du Québec. »

Le chef des opérations indique que le feu faisait rage depuis plusieurs minutes à leur arrivée, et malgré les recherches de son équipe, la cause potentielle de l’incendie n’a pas été identifiée.

Les équipes d’enquête de la SQ sont demeurées sur les lieux jusqu’en début d’après-midi samedi. On ne sait toujours pas s’il s’agit d’un acte criminel ou si l’incendie était de nature accidentelle.

Il est aussi présentement impossible de savoir si la victime est décédée des suites de l’incendie. 

« C’est juste des analyses médico-légales qui vont nous permettre de connaître la cause du décès, rapporte le porte-parole de la Sûreté du Québec Daniel Thibodeau. L’état du corps ne permet pas l’identification, ni le sexe, ni le nom. Il va devoir y avoir une autopsie pratiquée dans les prochains jours pour déterminer l’identité. »

La résidence est une perte totale. Aucune autre personne ne se trouvait à l’intérieur au moment de l’incendie.

« Nous sommes en enquête pour d’une part déterminer les causes de l’incendie, pour établir les circonstances, et d’autre part pour identifier la victime », termine le porte-parole de la SQ.

La SQ mentionne aussi que l’identification de la victime doit se faire à la satisfaction du coroner.