Éric Bergeron est accusé d’avoir tenté de tuer le nouveau conjoint de son ex-conjointe en le projetant en bas du pont de fer de Richmond.

Il voulait le jeter en bas du pont de fer de Richmond

Même s’il a obtenu certaines modifications à ses conditions de remise en liberté, Éric Bergeron de l’Avenir devra tout de même continuer à respecter des restrictions s’il veut rester hors de la prison pour la durée des procédures judiciaires de tentative de meurtre intentées contre lui.

L’individu de 40 ans était de retour, mercredi au palais de justice de Sherbrooke pour modifier certaines de ses conditions.

Bergeron est accusé d’avoir tenté de tuer le nouveau conjoint de son ex-conjointe en le projetant en bas du pont de fer de Richmond.

Les événements en cause seraient survenus le 3 octobre dernier sur la rue Bridge.

Muni d’une barre à clous, Éric Bergeron aurait menacé la victime de lui en asséner un coup.

Des accusations de voies de fait armées et de voies de fait ont aussi été déposées lors de ces événements.

Après avoir menacé la victime, Bergeron aurait pris la fuite. Il a été localisé puis arrêté par les policiers de la Sûreté du Québec.

En plus des accusations de tentative de meurtre et de voies de fait, Bergeron a aussi été accusé de menaces de mort envers son ex-conjointe, le conjoint de celle-ci ainsi que de menaces de brûler leur résidence.

Après quelques jours de détention, Éric Bergeron a été remis en liberté après s’être engagé à respecter plusieurs conditions très restrictives.

Il ne peut pas se trouver dans le district judiciaire de Saint-François sauf dans le cadre de sa cause criminelle. Bergeron ne peut pas non plus entrer en contact avec la victime alléguée.

Il est aussi soumis à un couvre-feu. Mercredi, il a obtenu que ce couvre-feu ne s’applique pas dans le cadre d’un travail légitime et rémunéré. Bergeron doit aussi se présenter au poste de la police de la SQ de Drummondville toutes les semaines.
C’est Me Jasmin Laperle qui assume la défense de l’accusé, alors que Me Nathalie Robidoux représente le ministère public.

De nouveaux éléments de preuve ont été déposés à la défense dans le dossier.

Tous les dossiers de Bergeron ont été reportés au 14 février prochain.