Normand Dion, de Sherbrooke, a été condamné à deux ans moins un jour de prison au palais de justice de Sherbrooke pour avoir commis une importante fraude et un vol établi à 113 494 $ auprès de son voisin de 72 ans.

Il fraude son voisin âgé pour 113 000 $

« Mon père considérait Normand Dion comme un ami… »

Josée Larochelle a assisté à la condamnation de celui qui a fraudé son père pour plus de 113 000 $ sur une période de 18 mois.

Normand Dion, de Sherbrooke, a été condamné à deux ans moins un jour de prison au palais de justice de Sherbrooke pour avoir commis une importante fraude et un vol établi à 113 494 $ auprès de son voisin de 72 ans. « Ça c’est le montant qu’ils sont capables de prouver. Il a perdu bien plus que ça dans cette affaire », indique le fils du plaignant Gaétan Larochelle.

L’événement s’échelonne entre 1er janvier 2013 et le 30 septembre 2014. Normand Dion a fait la connaissance de la victime de 72 ans qui s’est établie près de chez lui.

« Mes parents ont vendu leur maison en campagne pour s’établir à Sherbrooke. Normand Dion venait prendre une bière avec mon père régulièrement. Ma mère lui disait de ne pas lui prêter d’argent parce que Dion n’avait pas les moyens de le rembourser. Au décès de ma mère, Dion a pris plus de place. Mon père ne prenait plus de décision sans le consulter », se souvient la fille de la victime.

Normand Dion a profité de la naïveté de son « nouvel ami » pour lui soutirer des informations confidentielles permettant d’accéder à ses comptes bancaires.

« Mon père faisait ses paiements par téléphone et du jour au lendemain, ça se faisait sur Internet. Normand Dion s’est aussi mis à lui faire des cadeaux. Mais dans les faits, c’est mon père qui payait », relate la fille de la victime.

Dion a obtenu une carte de crédit au nom de la victime qu’il utilisait en plus de faire des virements bancaires vers son propre compte de banque. La poursuite a réussi à retracer près de 61 000 $ en fraude et plus de 52 000 $ en vol.

Dion est détenu depuis décembre 2017, alors une fois la détention provisoire comptabilisée, la peine suggérée par Me Jean Leblanc et la procureure aux poursuites criminelles Me Nathalie Robidoux équivaut à une peine de pénitencier.

« Le geste que vous avez commis de vous en prendre à une personne âgée et vulnérable est inacceptable. J’ai de la difficulté à comprendre ce geste à l’endroit d’une personne qui a travaillé toute sa vie pour amasser cet argent. J’aurais aimé entendre des regrets de votre part », a indiqué la juge Fabi en imposant la peine.

Dion a alors mentionné que même si ce n’est pas une excuse, il avait commis ces gestes pour sa mère.

« Si votre mère avait besoin d’argent, ce n’était pas la façon de faire d’utiliser une personne vulnérable », a ajouté la juge Fabi.

Au fil du temps, Normand Dion a même incité la victime à faire l’acquisition d’un condo qui n’était pas adapté à ses besoins.

« Mon père est rendu à 76 ans avec une hypothèque de plus de 200 000 $. Ça n’a aucun sens que ses placements aient été dépensés par cet individu. Lorsque l’on a des doutes, il ne faut pas hésiter à passer à l’action et à appeler la police », estime Josée Larochelle.