Il brise ses conditions de thérapie à Sherbrooke

Accusé d’homicide involontaire coupable à Gatineau, un individu de 22 ans fera la navette entre l’Outaouais et l’Estrie afin de déterminer s’il peut poursuivre sa thérapie à Sherbrooke.

Timmy Ménard-Mélo doit revenir devant le tribunal à Gatineau, d’où origine son dossier, le 4 avril prochain, pour deux bris de conditions commis à Sherbrooke au cours des derniers jours.

L’individu de 22 ans a été arrêté par le Service de police de Sherbrooke après avoir été expulsé de la maison de thérapie où il séjournait.

Ménard-Mélo réside dans une maison de thérapie sherbrookoise sur ordre du tribunal à la suite de sa comparution dans une affaire de chicane qui a mal virée à Gatineau au début octobre 2018.

Appel au 911

Le Gatinois de 22 ans a été formellement accusé d’un homicide involontaire le 2 octobre 2018 au palais de justice de Gatineau.

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) s’était rendu au 328 rue du Vigneau, dans le secteur de Gatineau, à la suite d’un appel logé au centre d’appel d’urgence.

Selon des documents du tribunal, la victime dans cette affaire est Vincent Evan Brown, 25 ans.

Ce dernier a été découvert grièvement blessé sur les lieux du crime allégué. Il a succombé à ses blessures à la suite des lésions subies. Son décès avait été constaté à l’Hôpital de Hull.

Timmy Ménard-Mélo avait été libéré par le tribunal le 11 octobre dernier avec la condition de suivre une thérapie 24 heures sur 24 sept jours par semaine pour vaincre sa dépendance aux stupéfiants.

Le 27 mars dernier, Ménard-Mélo aurait brisé cette condition de rester en tout temps à la maison de thérapie. Il aurait aussi brisé la condition de prendre sa médication telle que prescrite par un médecin.

Surpris dans sa chambre

Timmy Ménard-Mélo aurait été surpris dans sa chambre de la maison de thérapie en compagnie d’un autre résident en train de préparer une ligne de poudre blanche qui serait en fait ses médicaments égrené.

Il aurait affirmé aux policiers venus l’arrêter qu’il regrettait ses gestes.

L’accusé a comparu devant le juge Paul Dunnigan de la Cour du Québec avant d’être transféré vers Gatineau pour la suite des choses le 4 avril prochain.

C’est Me Jessyca Duval de l’aide juridique qui le représentait lors de son court passage devant le tribunal au palais de justice de Sherbrooke. Avec Louis-Denis Ébacher du Droit