En attente d'une peine pour l'homicide involontaire de son enfant, Michée Roy souhaite aller au bout du processus judiciaire dans les dossiers de menaces et d'entrave à un agent de la paix.

Homicide involontaire de son enfant : Michée Roy change d'avocat

En attente d'une peine pour l'homicide involontaire de son enfant, Michée Roy souhaite aller au bout du processus judiciaire dans les dossiers de menaces et d'entrave à un agent de la paix.
Défendu par Me Félix-Antoine Doyon dans le dossier où il a causé la mort de son enfant de 69 jours en le secouant, Roy subira les observations sur la peine le 30 août prochain.
L'avocat de la défense a obtenu l'autorisation du tribunal, mardi, de se retirer des autres dossiers.
« Monsieur Roy veut faire des procès dans ses autres dossiers. Je ne m'entends pas sur la suite des choses avec lui dans ces dossiers. Je demande au tribunal de cesser d'occuper », a mentionné Me Doyon qui tiendra le dossier d'homicide involontaire jusqu'à la fin.
Michée Roy a entrepris des démarches pour se trouver un nouvel avocat dans les dossiers encore devant le tribunal.
Il a été cité à procès en octobre 2013 dans l'affaire de menaces de mort de quatre personnes alors qu'il se trouvait en détention.
Les événements pour lesquels il doit se défendre seraient survenus lors de son passage devant le tribunal le 29 juillet 2016. Il aurait posé des gestes interprétés comme des menaces de mort à partir du box des accusés.
L'accusation d'entrave au travail d'un agent de la paix a été portée pour des gestes qui auraient été commis en août 2016.
Ces nouvelles accusations ont été portées alors que Michée Roy se trouvait en détention provisoire pour les gestes commis envers son enfant.
Coupable
En mars 2017, il a été trouvé coupable de la trame factuelle ayant mené au décès du poupon dans la nuit du 5 au 6 juin 2015.
L'enfant qui se trouvait dans un état neurovégétatif depuis les tristes événements survenus le 1er janvier 2015 a succombé des conséquences de ces gestes en juin de la même année.
L'accusé possède de nombreux antécédents judiciaires. Il a en effet été condamné à 59 reprises depuis 1998.
La peine maximale pour un homicide involontaire est la prison à perpétuité. Étant donné qu'aucune arme à feu n'est impliquée, aucune peine minimale ne s'applique.
Michée Roy est détenu dans ce dossier depuis sa mise en accusation il y a maintenant plus de deux ans et demi.
Un multirécidiviste en cour pour voyeurisme
Déjà accusé d'une tentative de meurtre qu'il aurait commise il y a une dizaine d'années, un homme de Windsor a été accusé de voyeurisme sur une autre ex-conjointe.
Mardi, au palais de justice de Sherbrooke, l'individu de 44 ans, détenu depuis la semaine dernière, s'est vu ajouter une accusation de voyeurisme, acte qu'il aurait commis sur une période de quatre ans, entre 2011 et 2015.
Il aurait enregistré ses ébats sexuels avec une conjointe sans le consentement de cette dernière.
Le Windsorois fait déjà face à une vingtaine de chefs d'accusation pour des gestes commis envers la mère de ses enfants.
Des accusations de tentative de meurtre sur son ex-conjointe et ses quatre enfants ont été portées contre lui.
Les faits qui lui sont reprochés remontent à 2006, à Asbestos. Il aurait alors tenté d'incendier leur résidence.
Une ordonnance de non-publication émise par le tribunal empêche de divulguer le nom de l'accusé pour ne pas identifier les victimes alléguées.
L'individu a été remis en liberté, mardi, sous de sévères conditions. Il a dû déposer 1000 $ pour garantir le respect de ses conditions.
L'accusé devra aussi respecter un couvre-feu de 22 h à 7 h et s'abstenir de consommer des stupéfiants.
Son avocate Me Karine Poliquin a reporté le dossier au 26 septembre prochain.