Glissement de terrain à Grandes-Piles: la route 155 fermée pour une semaine  [VIDÉO]

GRANDES-PILES — Un glissement de terrain survenu à Grandes-Piles, tard lundi soir, force la fermeture de la route 155 pour une bonne semaine entre Saint-Roch-de-Mékinac et le carrefour giratoire du secteur Saint-Georges-de-Champlain.

Bien que la machinerie permettant de dégager la route soit arrivée sur place mardi, le risque qu’un nouveau glissement de terrain se produise au même endroit est trop grand pour que les travaux débutent.

«Les ingénieurs du ministère du Transport (MTQ) jugent que ce n’est pas sécurisé, il y a encore des risques que ça puisse se reproduire. Ils ont enlevé un peu de terre aux extrémités de la route et tassé la terre pour faire un contrepoids, mais rien ne va pouvoir se faire avant le début de la semaine prochaine. On en a pour encore un petit bout de temps avant d’avoir à nouveau accès à la route 155», indique Michel Germain, maire de Grandes-Piles.

Le MTQ compte faire une analyse plus poussée des lieux à l’aide d’un drone. Les vents qui soufflaient encore fort mardi lui ont cependant mis des bâtons dans les roues.

«Il sera nécessaire d’attendre les résultats de cette analyse avant de connaître les actions à poser par la suite», mentionne Roxanne Pellerin, porte-parole régionale du MTQ pour la Mauricie et le Centre-du-Québec.

Mme Pellerin mentionne que des travaux ont déjà été effectués mardi «afin de sécuriser les lieux advenant un second glissement de terrain».

«Les travaux en vue d’une réouverture débuteront le plus rapidement possible suite à la réception des résultats de l’expertise de l’équipe spécialisée en glissement de terrain», ajoute-t-elle.

Un glissement de terrain bloquait mardi matin la circulation sur la route 155 à la hauteur de Grandes-Piles.  

Des centaines de voyages

Une fois que le site sera sécurisé, c’est une tâche d’ampleur à laquelle feront face les ouvriers chargés de dégager la route. Des centaines de voyages de terre devront être effectués par camion, estime M. Germain. Il n’est pas impossible non plus que la route ait été endommagée par le glissement de terrain, de potentielles mauvaises surprises que l’on ne découvrira qu’une fois la terre enlevée.

Le premier magistrat se dit cependant rassuré de savoir qu’aucune pluie n’est annoncée pour les prochains jours dans son secteur, ce qui devrait permettre à la terre de s’assécher. Selon Environnement Canada, des averses de neige ou de pluie pourraient se produire mercredi (40 % de probabilité), mais les journées devraient être ensoleillées par la suite jusqu’à dimanche.

Le glissement de terrain s’est produit vers 23 h, lundi soir, à la sortie nord du village de Grandes-Piles. Une camionnette tirant une remorque s’est embourbée dans la terre sur la route. Le véhicule a été endommagé, mais son conducteur est indemne, selon les autorités.

Réorganisation dans les casernes

La fermeture de la route 155 à la hauteur de Grandes-Piles force les automobilistes à faire un détour d'environ 25 km par les routes 153 et 159, par Saint-Tite. Ce détour affecte la Régie intermunicipale des incendies de la Vallée du St-Maurice, dont la plus grosse caserne est située à Grandes-Piles. Dès mardi matin, la Régie a pris entente avec la Régie des incendies du Centre-Mékinac pour pouvoir compter sur l'aide de ses pompiers, notamment ceux de Saint-Tite, en cas de besoin.

Or, avec une fermeture prolongée de la route 155, d'autres mesures ont été prises. M. Germain indique que plusieurs pompiers postés à Grandes-Piles vont être réaffectés à Saint-Roch-de-Mékinac. L'entente est maintenue avec la Régie du Centre-Mékinac, pour venir en aide aux pompiers au nord de l'éboulement. Au sud, pareille entente a été conclue avec le Service de sécurité incendie de Shawinigan.

Hébergement

Huit adresses situées un peu plus au nord du glissement de terrain sont privées d’électricité, en plus d’être coupées du cœur du village de Grandes-Piles. La Sûreté du Québec était en route mardi matin pour s’assurer que les résidents se portent bien et pour leur proposer d’être relogés temporairement à l’Auberge Gouverneur de Shawinigan. Selon le maire Michel Germain, l’intervention de la députée de Laviolette–Saint-Maurice, Marie-Louise Tardif, a permis de libérer des chambres pour ces familles.

M. Germain indique en outre qu'Hydro-Québec s'affaire à préparer des installations temporaires pour que les foyers privés de courant puissent être rebranchés avant que les travaux ne soient terminés.