Gestes à caractère sexuel : un jeune homme réclame sa liberté

SHERBROOKE — Accusé de divers gestes à caractère sexuel sur une adolescente, un individu de 18 ans de Sherbrooke souhaite être remis en liberté en attendant son procès devant jury en juin 2019.

L’accusé, qui est détenu à Sorel, n’était pas présent devant le juge Yves Tardif de la Cour supérieure, lundi, au palais de justice de Sherbrooke.

L’individu de 18 ans est accusé d’agression sexuelle et d’incitation à des contacts sexuels sur une adolescente de moins de 16 ans, le 1er juillet 2017.

Cette plaignante aurait aussi subi des gestes semblables entre le 1er janvier et le 1er mars 2018 et des voies de fait entre le 1er juillet et le 1er août 2017. En plus des gestes à caractère sexuel sur des mineurs, le jeune homme est accusé d’avoir tenté d’intimider la plaignante au dossier entre février et avril 2018.

Son avocate Me Anne-Marie Campeau a déposé une requête pour que son client soit libéré sous conditions.

La détention de l’individu de 18 ans a été ordonnée en mai dernier jusqu’à la fin des procédures judiciaires.

Le véhicule procédural par lequel la nouvelle demande de remise en liberté reste à être déterminée.

Un débat en ce sens aura lieu le 17 décembre prochain.

L’accusé avait été cité à son procès sur tous les chefs d’accusation en août dernier.

Son procès est prévu pour deux semaines à compter du 10 juin 2019 au palais de justice de Sherbrooke.

Les requêtes préliminaires seront entendues avant la sélection du jury.

Il est aussi accusé d’agression sexuelle en groupe en Chambre de la jeunesse pour un événement qui serait survenu le 12 février 2017. L’individu ne peut être identifié en raison de cette accusation portée au tribunal de la jeunesse.

C’est Me Marie-Ève Phaneuf qui représente le ministère public dans cette affaire au tribunal adulte.