L’événement s’est déroulé aux environs de 17 h, samedi.
L’événement s’est déroulé aux environs de 17 h, samedi.

Gardien de sécurité happé au Walmart : la victime a été traînée sur plusieurs mètres

Tommy Brochu
Tommy Brochu
La Tribune
Le gardien de sécurité du Walmart des Galeries Quatre-Saisons qui s’est fait happer par un client frustré en voiture samedi s’est fait traîner sur plusieurs mètres, selon le Service de police de Sherbrooke. « Le conducteur a effectué une manœuvre pour faire tomber l’homme qui a subi de très graves blessures à la tête », précise l’organisation.

L’automobiliste de 25 ans a été arrêté et interrogé par le SPS. « Il devrait faire face à des accusations d’agression armée avec un véhicule, de voies de fait graves et de délit de fuite. Il devrait possiblement comparaître aujourd’hui », évalue le service de police dans un communiqué de presse, rappelant que la victime de 35 ans lutte toujours pour sa vie. Le gardien de sécurité serait père de cinq enfants selon ce que La Tribune a appris.

À LIRE AUSSI: Incident du Walmart : « Une situation extraordinaire », dit la compagnie de sécurité

Sociofinancement: 43 000 $ recueillis pour les proches de la victime du Walmart

« Un client accompagné de sa conjointe a voulu entrer au Walmart, mais en ne respectant pas les règles du commerce d’un client à la fois par véhicule, souligne le SPS. Un agent de sécurité a dû s’interposer et les deux personnes ont quitté le commerce. L’altercation s’est poursuivie dans le stationnement. À un certain moment, le client frustré a directement foncé avec son véhicule sur l’employé le traînant même sur le capot sur plusieurs mètres. Les suspects ont pris la fuite, mais l’enquête a permis dans la soirée de les retrouver dans un logement de Sherbrooke. »

Selon une source au fait de l’incident, l’automobiliste aurait donné plusieurs coups de volant pour faire tomber le gardien de sécurité. Ce dernier aurait subi de graves blessures à la tête. Une mare de sang était encore visible dans le stationnement du commerce dimanche en avant-midi.

Sur Facebook, le frère de la victime s’attriste de la situation. « Ça va bien aller? C’est ce qu’on tente tous de se dire dans cette période difficile... mon frère, lui, essayait d’aider en faisant respecter des règles toutes simples le jour comme agent de sécurité... La nuit nous allions à travers la province [pour] installer des plexiglas, pour protéger nos caissières dans les épiceries, on aide comme on peut. Hier, nous allions chercher mon frère après son travail, mais c’est une scène de crime que nous avons trouvé... parce que quelqu’un refusait la distanciation sociale, il s’est dit que tenter d’éloigner mon frère de ses cinq enfants et de sa femme peut-être pour toujours soulagerait sa frustration », a-t-il écrit.

Le directeur du SPS, Danny McConnell, lance un appel au calme. « J’insiste sur le fait que la population doit respecter les agents et les employés des commerces qui ne font qu’appliquer les mesures de distanciation sociale imposées par le gouvernement du Québec pour diminuer les risques de contagion dans les lieux publics et protéger la santé et la sécurité de la population sherbrookoise. Le non-respect des règles mises en place par les commerçants justifie les employés de refuser l’accès au commerce aux citoyens contrevenants. Un refus d’obtempérer pourra constituer une infraction municipale pour laquelle les policiers seront justifiés d’intervenir en support aux commerçants », exprime-t-il.

Les agents de la Sûreté du Québec collaborent à l’enquête du SPS. Des spécialistes se sont rendus sur place. « Toutes les hypothèses sur les circonstances entourant l’accident sont encore étudiées. »

Les réactions fusent

Dans un échange de courriel, Steeve Azoulay, directeur principal, affaires publiques chez Walmart a mentionné que « la sécurité de nos associés, sous-traitants et clients est une priorité absolue chez Walmart. Nous avons été très attristés d'apprendre cet incident.»

« Nous sommes profondément attristés par cette agression non provoquée en période de crise nationale où nous essayons tous de faire appliquer les réglementations urgentes mises en œuvre par notre gouvernement, a pour sa part déclaré TITAN sécurité, la firme de sécurité où travaillait la victime. Nous souhaitons à notre agent un rétablissement complet et nous le soutiendrons ainsi que sa famille en ces temps difficiles. »

Une campagne de sociofinancement a d'ailleurs été lancée pour venir en aide à la famille de la victime. Sur l'heure du midi dimanche, un peu plus de 1000 $ avaient été amassés. Avec Simon Roberge

Legault réagit

L’incident a eu des échos lors du point de presse quotidien du premier ministre François Legault.

« Malheureusement il y a des fous dans notre société, a déclaré le premier ministre à la suite d’une question en anglais. Mais je n’ai pas entendu que ça arrivait beaucoup au Québec. Ce qui est arrivé à Sherbrooke est inacceptable. Ils avaient déjà un garde et c’est le garde qui a été frappé, qu’est-ce qu’on peut faire contre ça? »