Samuel Bourque 
Samuel Bourque 

Femmes agressées: Samuel Bourque reste détenu au moins jusqu’au 21 avril

Samuel Bourque de Magog passera les prochains jours derrière les barreaux.

Cet individu de 22 ans est accusé d’avoir agressé sexuellement quatre femmes alors qu’elles et lui étaient en état d’intoxication.

À LIRE AUSSI: Accusé d’avoir agressé quatre femmes droguées

Arrêté mercredi, il était de retour, vendredi, devant le juge Paul Dunnigan de la Cour du Québec au palais de justice de Sherbrooke.

« Dans le dossier de monsieur Bourque, nous avons convenu que l’enquête sur remise en liberté se déroule la semaine prochaine », a expliqué son avocat Me Marc-André Champagne de l’aide juridique.

L’enquête sur remise en liberté se déroulera sur une demi-journée le 21 avril prochain.

À la suite de la diffusion des informations de la comparution de Samuel Bourque, la Régie de police de Memphrémagog a reçu au moins un autre signalement.

« Nous devons confirmer certaines informations. Aucune accusation n’est encore portée en lien avec cette plaignante. L’enquête se poursuit, alors nous demandons aux personnes qui auraient des informations sur ce dossier de communiquer avec nous », explique la porte-parole de la Régie de police de Memphrémagog, la lieutenante par intérim Nathalie Fréchette.

Samuel Bourque de Magog fait face à 19 accusations. 

Il connaissait les quatre victimes alléguées qui étaient toutes majeures.

L’individu de 22 ans est accusé d’agressions sexuelles et d’avoir administré des drogues dans le but de commettre une agression sexuelle sur les quatre victimes alléguées. Sur l’une d’entre elles, il est accusé d’agression sexuelle armée, de voyeurisme, d’avoir partagé des images intimes sans consentement, de vol et de fraude.

Les accusations portées s’échelonnent de janvier 2015 à septembre 2019 pour une première plaignante, d’avril 2016 à décembre 2017 pour une autre et entre janvier 2018 à l’automne 2019 pour les deux autres victimes alléguées.

La Régie de police de Memphrémagog invite les personnes qui pourraient avoir été victimes de cet individu à communiquer avec l’enquêteur Christian Paquin au 819-843-3334, poste 224.