Jacques Lefebvre aurait séquestré une femme pendant plusieurs semaines à Sherbrooke. Il a été évalué au cours de la dernière semaine par un psychiatre judiciaire du CHUS, Hôtel-Dieu à Sherbrooke.

Femme séquestrée : Jacques Lefebvre apte à faire face à la justice

Jacques Lefebvre est apte à faire face au processus judiciaire.

L’homme de 28 ans, qui aurait séquestré une femme pendant plusieurs semaines à Sherbrooke, a été évalué au cours de la dernière semaine par un psychiatre judiciaire du CHUS, Hôtel-Dieu à Sherbrooke.

À LIRE AUSSI: Accusé d’avoir séquestré une femme pendant deux mois

Le SPS libère une femme séquestrée depuis plusieurs semaines

À la lumière du rapport psychiatrique, le juge Paul Dunnigan de la Cour du Québec a déterminé, jeudi, que Lefebvre était en mesure de comprendre le processus judiciaire.

Des accusations de voies de fait, de voies de fait causant des lésions entre le 1er août et le 16 octobre, de séquestration entre le 15 août et le 16 octobre de même que de menaces de mort sur deux personnes durant la même période ont été portées contre Lefebvre.

La procureure aux poursuites criminelles Me Marie-Line Ducharme s’est opposée à la remise en liberté de Lefebvre. Il restera détenu pour le moment.

L’avocat de la défense Me Benoit Gagnon de l’aide juridique a reporté le dossier au 31 octobre.

« Nous voulions nous assurer que vous étiez en mesure de comprendre les enjeux et de communiquer avec Me Gagnon », a expliqué le juge Dunnigan.

Vêtu de noir, l’accusé n’a pas bronché lors de sa comparution. 

La victime âgée de 36 ans, séquestrée depuis le 15 août, a été libérée de ses griffes tôt le 16 octobre.

Des interdits de contacts avec les victimes alléguées ont été réitérés.

Les policiers se sont rendus sur la rue King-Georges vers 5 h 40 mercredi matin à la suite des propos tenus par la victime alléguée et son ravisseur.

La victime affirme avoir été attachée avec des ty-raps. Ses cheveux ont aussi été rasés et elle aurait été filmée.

La division des enquêtes criminelles a procédé à l’interrogatoire du suspect. Le service d’identité judiciaire du SPS a établi deux scènes de crime, une sur la rue King-Georges et l’autre sur la rue Belvédère Sud.

Lefebvre possède des causes pendantes ainsi que plusieurs antécédents judiciaires.

Trois accusations liées à des bris de conditions ont aussi été portées contre lui.