Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La porte de l’appartement de la victime.
La porte de l’appartement de la victime.

Féminicide présumé: le suspect demeure recherché

Mayssa Ferah
La Presse
Article réservé aux abonnés
L’homme qui aurait tué sa femme lundi soir dans le secteur de Parc-Extension à Montréal n’a toujours pas été arrêté au lendemain du terrible drame. Connu des policiers, le suspect avait proféré des menaces dans le passé.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a confirmé mardi matin que la victime et le suspect, un homme de 30 ans, sont conjoints. Ce dernier n’a toujours pas été arrêté par les autorités. La femme de 32 ans était mère d’un garçon de 5 ans et d’une fillette de 7 ans. Le couple a emménagé dans l’immeuble de la rue Birnam il y a 3 ans.

Le suspect est connu du SPVM, nous confirme une source policière non autorisée à parler aux médias.

M. Fernando affirme en effet avoir vu la police intervenir à deux reprises auprès de l’homme à l’entrée de l’immeuble. « Il travaillait de nuit et revenait souvent à la maison en état d’ébriété. Une fois la police l’a interpellé et l’a conduit chez un ami. »

L’homme a comparu le 19 mai et est accusé d’avoir menacé de causer la mort ou des lésions corporelles à quelqu’un et de brûler, détruire ou endommager des biens.

Il avait été remis en liberté le lendemain avec interdiction de posséder une arme.

La suite des procédures judiciaires était prévue le 8 octobre prochain.

Le concierge n’était pas proche du couple, mais s’entretenait avec la femme une fois par mois pour percevoir le loyer. Elle était sans emploi, alors que le mari travaillait de nuit, indique-t-il. «Elle me semblait très douce et serviable. Nos enfants allaient au primaire ensemble et elle les amenait souvent au parc», raconte-t-il.

«C’est vraiment triste»

«C’est vraiment triste», résume le voisin du couple, Sharif Hassan. Il admet n’avoir jamais parlé au mari, qui semblait renfermé. Il se contentait de saluer son épouse, plus avenante. «Je n’ai jamais entendu de dispute, mais je sais que plusieurs voisins ont vu des policiers aller et venir cet été.»

C’est un membre de la famille du suspect qui a composé le 911 le soir du drame.

Le garçon était sur place lors des faits, alors que sa grande sœur était à l’extérieur. Ils ont été recueillis par des proches et ne sont pas blessés. On ignore si le petit a été témoin du meurtre survenu lundi à l’intérieur du logement, peu avant 17 h.

La victime aurait été blessée à la tête. Les services d’urgence ont constaté son décès sur place. Le suspect, lui, était déjà en fuite à l’arrivée des policiers.

Il s’agit du 13e meurtre survenu sur le territoire du SPVM cette année. Avec Alice Girard-Bossé, La Presse

***

Si vous êtes victime de violence conjugale et cherchez aide et répit, contactez SOS Violence conjugale au 1 800 363-9010. Des intervenants y sont disponibles 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Trouvez une maison d’hébergement pour femmes sur fmhf.ca.