Un homme de 42 ans a été gravement blessé à la suite de coups de poing reçus par un individu de 24 ans qu’il a croisés sur la rue Wellington Nord, jeudi vers 22 h 10.

Faits divers en bref : bagarre, enquête pour proxénétisme et peine pour trafic de drogues

Un homme sérieusement blessé dans une bagarre à Sherbrooke

Une bagarre entre deux hommes au centre-ville de Sherbrooke aura des répercussions sur la santé de l’un et sur le dossier criminel de l’autre.

Un homme de 42 ans a été gravement blessé à la suite de coups de poing reçus par un individu de 24 ans qu’il a croisé sur la rue Wellington Nord, jeudi vers 22 h 10.

« La victime a été transportée au CHUS pour soigner de sérieuses blessures à la tête. Les autorités médicales ont craint pour sa vie pendant quelques heures. L’homme est maintenant hors de danger, mais il se trouve dans un état sérieux », explique le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Samuel Ducharme.

C’est une escalade verbale entre les deux hommes qui a mené à cette altercation physique.

« Les deux individus se connaissaient. Le plus jeune des deux a eu le dessus à un point tel qu’il l’a gravement blessé par ses coups », mentionne le porte-parole du SPS.

Le suspect de 24 ans a passé la nuit de jeudi à vendredi dans les cellules du quartier général du SPS.

La couronne s’est objecté à la remise en liberté de l’individu, vendredi, au palais de justice de Sherbrooke. L’enquête sur remise en liberté aura lieu le 15 octobre.

Kevin Grenier-Lachance

Enquête préliminaire pour un proxénète présumé

Kevin Grenier-Lachance subira son enquête sur remise en liberté le 11 janvier 2019.

L’individu est accusé de proxénétisme et de diverses accusations qui y sont reliées.

Un témoin civil et un enquêteur seront entendus lors de cette étape préalable au procès.

L’individu de 24 ans de Magog est accusé d’avoir amené une personne à offrir des services sexuels contre rétribution entre le 22 mars et le 6 avril 2017 à Québec et Sherbrooke.

Grenier-Lachance aurait entre autres servi d’entremetteur pour présenter deux jeunes femmes au proxénète Mathieu Larin qui a été condamné à cinq ans et demi de prison.

L’accusé doit maintenant répondre d’accusations d’avoir fait de la publicité pour offrir des services sexuels moyennant rétribution et d’avoir amené une personne à offrir des services sexuels moyennant rétribution.

Kevin Grenier-Lachance aurait présenté l’une des victimes à Mathieu Larin. La jeune femme a accepté dans un premier temps de faire des massages érotiques qui étaient dans la réalité des services d’escorte dans la région de Québec.

Le proxénète Mathieu Larin avait pris un contrôle sur la vie sexuelle de quatre jeunes femmes, dont une mineure, qui se prostituaient pour son compte principalement à Sherbrooke.

Une accusation de trafic de stupéfiants entre avril et juillet 2017 a aussi été déposée contre Grenier-Lachance.

La procureure aux poursuites criminelles Me Geneviève Crépeau représente le ministère public, alors que Me Christian Raymond défend l’accusé.

Kevin Grenier-Lachance avait été remis en liberté sous conditions en septembre 2017 à la suite de sa première comparution.

Éric Lavallière

90 jours de prison discontinus pour trafic de cocaïne

Un trafiquant de cocaïne qui vendait pour sa consommation a écopé d’une peine de détention les fins de semaine. Éric Lavallière a écopé d’une première peine devant le tribunal avec une peine détention à la suite de ses plaidoyers de culpabilité pour le trafic de stupéfiants.

La juge Claire Desgens de la Cour du Québec lui a imposé une peine de 90 jours de prison à purger les lundis et mardis. Il devra aussi effectuer 240 heures de travaux communautaires. Une probation de deux ans lui a été imposée. Il devra poursuivre ses divers suivis entamés après son arrestation. 

Lavallière avait été arrêté à Sainte-Catherine-de-Hatley à la suite d’une infraction au Code de la sécurité routière. Les policiers ont alors découvert du haschich et de la cocaïne dans son véhicule. Lavallière a arrêté de consommer à la suite de son arrestation.

Les cellulaires qui lui servaient au trafic de stupéfiants ont été saisis par le tribunal de même que l’argent provenant du trafic qu’il effectuait.

La peine a été imposée à la suite d’une suggestion commune de l’avocat de la défense Me Alexandre Tardif et de la procureure aux poursuites criminelles