Éric Côté écope quatre ans à l'ombre

Éric Côté de Scotstown a été condamné à quatre ans de prison.
Une fois la détention provisoire déduite, ce sont trois années que Côté devra encore purger.
Côté avait reconnu en janvier dernier les faits relatifs aux accusations de conduite dangereuse, fuite des policiers, possession d'arme prohibée et production de cannabis.
C'est le dossier de possession d'arme prohibée qui demeure le facteur aggravant dans cette affaire qui comporte une peine minimale.
Éric Côté a été interpellé par les policiers de la Sûreté du Québec le 3 juillet 2016 lors des festivités entourant la fête du Canada à Bury.
En état d'ébriété avancé, il a mentionné aux policiers qu'il ne conduirait pas son véhicule.
Lorsque les policiers sont retournés près du véhicule d'Éric Côté, ils ont remarqué qu'il n'était plus dans le stationnement.
Ils ont alors entrepris de se rendre à son domicile à Scotstown afin de vérifier s'il s'y trouvait.
En se rendant sur place, les policiers ont croisé le véhicule d'Éric Côté avec ce dernier derrière le volant. Ils ont alors pris en chasse le véhicule de l'homme de 40 ans.
Côté a fait plusieurs manoeuvres dangereuses, franchi des intersections sans s'immobiliser aux arrêts obligatoires et roulé sur des terrains privés avant d'abandonner son véhicule dans un stationnement. Il a pris la fuite à pied.
Les patrouilleurs ont alors fait les vérifications d'usage dans le véhicule.
Ils y ont découvert notamment un chargeur vide, un pistolet de même que des munitions à proximité.
Les policiers de la SQ ont retrouvé Éric Côté le lendemain matin assis à une table en plein air.
Munis d'un mandat de perquisition, ils ont fouillé sa résidence de la rue Albert.
Ils y ont découvert des munitions, 32 plants de cannabis ainsi que du cannabis en vrac.
Éric Côté est détenu depuis son arrestation en juillet dernier.
Le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec a imposé une interdiction de conduire de cinq ans à l'accusé en raison des gestes relatifs à la conduite dangereuse.
C'est Me Patrick Fréchette qui assurait la défense d'Éric Côté, alors que Me François Parent représentait le ministère public.