Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Un suspect qui ressemble à Jean-Pierre Bellemare a été filmé par la caméra de surveillance d’un dépanneur de Brossard, le jour du crime.
Un suspect qui ressemble à Jean-Pierre Bellemare a été filmé par la caméra de surveillance d’un dépanneur de Brossard, le jour du crime.

Enlèvement à Sutton: l’accusé a été filmé le jour du crime

Pascal Faucher
Pascal Faucher
La Voix de l'Est
Article réservé aux abonnés
Les allées et venues d’un homme qui ressemble à Jean-Pierre Bellemare ont été filmées par de nombreuses caméras de surveillance le jour de l’enlèvement d’une fillette, le 19 septembre 2018, à Sutton.

Petit, portant un manteau foncé et un chapeau «de mafieux» selon un témoin entendu lundi au palais de justice de Granby, le suspect sur les vidéos déposées en preuve au procès de l’homme de 54 ans a d’abord été aperçu autour et à l’intérieur d’un café de Lac-Brome.

On y voit un individu qui, tôt le matin, examine les environs puis se dirige vers les toilettes de l’établissement en gardant la tête baissée sur une tablette électronique. Il y passe plusieurs minutes au moment exact où la mère de la victime, alors employée d’une banque de Lac-Brome, recevait un appel de rançon via un service de messagerie internet.

Aucune rançon n’a toutefois été versée puisque la fillette de 12 ans avait réussi à se défaire de ses liens et à se sauver de la maison vide où elle avait été abandonnée par ses ravisseurs. M. Bellemare est aujourd’hui accusé d’enlèvement, de séquestration et d’extorsion. Il a plaidé non coupable et se défend seul du box des détenus.

Les images projetées au jury, lundi, montrent également que le suspect se déplaçait avec une camionnette beige ayant certaines particularités. Chloé Séguin, employée d’un commerce d’automobiles d’occasion de Montréal, a témoigné qu’elle avait vendu ce véhicule à l’accusé deux jours avant le crime.

Tablette mauve

En plus de celles du café de Lac-Brome, le suspect a aussi été filmé par la caméra de surveillance d’un dépanneur de Brossard, en début d’après-midi, et la voix entendue ressemble à celle de l’accusé. La caissière Alexandra Croteau a témoigné que l’homme au «chapeau de mafieux» avait demandé, d’un ton très aimable, de la monnaie pour utiliser le téléphone public à l’extérieur.

Ce faisant, il a déposé une tablette électronique équipée d’une couverture mauve sur le comptoir du commerce. Utilisé pour faire la demande de rançon, l’appareil de la victime était d’aspect similaire. «J’y ai porté attention parce que j’en cherchais une [couverture] comme ça pour moi», a dit Mme Croteau.

Le moment où le suspect utilise ce téléphone public coïncide avec un deuxième appel inhabituel reçu ce jour-là par la mère de la victime, mais qui fut inaudible.

Finalement, Jean-Pierre Bellemare a été identifié par un témoin sur une vidéo en fin d’après-midi, le jour du crime, où on le voit à l’intérieur d’un bistro communautaire montréalais. L’accusé avait alors proposé ses services comme cuisinier à temps partiel «mais on cherchait plus du monde à temps plein», a souligné le responsable de l’endroit, Raymond Viger, qui n’a pas retenu l’offre.

Le procès se poursuit mardi, au palais de justice de Granby.