Sylvain Lespérance

En prison pour une « punition sexuelle »

Une « punition sexuelle » imposée par un individu à une connaissance lui vaudra une peine de prison ferme.
L'avocate de la défense Me Julie Beauchemin
La procureure aux poursuites criminelles Me Marie-Line Ducharme
Sylvain Lespérance, qui a été reconnu coupable d'agression sexuelle, subissait les observations sur la peine, mercredi, devant le juge Paul Dunnigan de la Cour du Québec au palais de justice de Sherbrooke.
L'individu de 28 ans a été reconnu coupable d'avoir obligé une connaissance à lui faire une fellation en lui tenant la tête jusqu'à la faire vomir.
La procureure aux poursuites criminelles Me Marie-Line Ducharme a demandé au juge de tenir compte des gestes posés et de l'absence de remords. Elle a plaidé pour l'imposition d'une peine se situant autour de deux ans pour les gestes commis.
Le rapport présentenciel préparé dans le dossier fait état d'un risque de récidive, d'un comportement manipulateur, abusif et immature de l'accusé.
« Le degré de responsabilité de l'accusé est total », estime Me Ducharme.
L'avocate de la défense Me Julie Beauchemin a demandé au tribunal de tenir compte de l'état psychologique de son client. Elle a indiqué au tribunal que son client porte un lourd passé d'abus sexuels et physiques au cours de son enfance. Âgé de 28 ans, il est doté d'une intelligence limite.
Me Beauchemin croit que les limitations de Lespérance militent en faveur d'une peine plus clémente de six à dix mois de prison.
« Il possède une scolarité qui n'est même pas de niveau primaire. Il a de la difficulté à lire, écrire et compter (...) Sa condition mentale doit être prise en compte », plaide Me Beauchemin.
La victime dans cette affaire a tenu à se faire entendre par le tribunal.
« Ces événements m'ont détruite totalement. Il a fallu que je me reconstruise. Les gens ne me reconnaissaient plus (...) Je n'allais plus voir ma famille et j'avais perdu presque tous mes amis » a témoigné la victime de Lespérance.
Sans antécédent judiciaire, Lespérance est présentement détenu dans une affaire de possession de pornographie juvénile.
Il a été arrêté au début septembre dans cette affaire de possession et d'accès à la pornographie juvénile.
C'est l'équipe d'enquêtes sur l'exploitation sexuelle des enfants sur Internet (ESEI) de la Sûreté du Québec qui avait procédé à son arrestation à La Patrie. Il avait respecté ses conditions de remise en liberté à la suite de l'arrestation dans l'affaire d'agression sexuelle.
Le juge Dunnigan imposera la peine à Sylvain Lespérance le 14 novembre prochain.