En cavale et en état d'ébriété, il reconnaît avoir fui les policiers

Daniel Bernier de Sherbrooke a admis la trame factuelle des gestes de conduite dangereuse et de fuite des policiers.

Presque deux ans jour pour jour après les événements survenus le 16 avril 2016, l'individu de 44 ans a admis les faits reprochés.

Il avait été accusé de conduite dangereuse causant des lésions, de fuite des policiers, de conduite avec les capacités affaiblies ainsi que de possession de cocaïne.

À la demande de l'avocate de la défense Me Mélissa Gilbert, le juge Conrad Chapdelaine a remis sa décision dans cette affaire au 17 septembre prochain.

Dans la nuit du 14 au 15 avril 2016, les patrouilleurs avaient effectué une surveillance du véhicule de Bernier, qui était garé dans le stationnement du bar Le Figaro dans l'est de Sherbrooke. Le propriétaire du véhicule n'avait pas acquitté ses droits d'immatriculation.

Lorsque l'individu a quitté le bar, les policiers l'ont suivi. L'automobiliste s'est rendu compte qu'il était suivi, alors il a pris la fuite. Il a été pris en chasse par les policiers.

Bernier a provoqué deux embardées dans sa fuite.

Le suspect a foncé dans un véhicule de patrouille, dans un véhicule stationnaire ainsi que dans un véhicule qui venait en sens inverse sur la rue Longpré. Le véhicule du suspect s'est arrêté sur la rue Bowen parce qu'il n'arrivait plus à avancer après les collisions qu'il avait provoquées.

Soumis à l'alcootest, il a dépassé la limite permise par la loi.

Daniel Bernier avait aussi en sa possession une petite quantité de cocaïne lors de son arrestation.