Catherine Jacques

Elle avoue avoir vendu 300 comprimés de méthamphétamine par jour

SHERBROOKE — Une trafiquante de stupéfiants de Sherbrooke a avoué au tribunal avoir vendu plus de 300 comprimés de méthamphétamine par jour.

Devant la juge Claire Desgens de la Cour du Québec, mardi, Catherine Jacques a plaidé coupable à des accusations de trafic de stupéfiants entre août 2017 et mars 2018.

Un total de 3335 comprimés de méthamphétamine et 83 grammes de cannabis ont été trouvés chez elle lors de la perquisition à son domicile de la rue Alexandre par le Service de police de Sherbrooke.

Elle a reconnu le trafic de méthamphétamine et de cannabis entre le 17 août 2017 et le 15 mars 2018.

Lors de son arrestation, elle avait en sa possession du poivre de Cayenne ainsi que le matériel servant à la vente de stupéfiants.

C’est à la suite d’une surveillance chez Catherine Jacques que les policiers ont accumulé la preuve pour l’obtention d’un mandat de perquisition contre elle.

Après son arrestation, elle a déclaré aux policiers vendre des stupéfiants depuis août 2017.

L’avocat de la défense Me Christian Raymond et la procureure aux poursuites criminelles Me Claudie Marmet ont mentionné au tribunal qu’ils n’avaient pas de suggestion commune à présenter au tribunal.

Me Raymond a indiqué au tribunal que Catherine Jacques vendait de la drogue pour payer sa consommation, mais qu’elle avait réalisé une thérapie complète au cours des derniers mois.

Un rapport présentenciel sera préparé dans le dossier.

La femme de 53 ans possède des antécédents en semblable matière.

Les observations sur la peine se dérouleront le 26 mars 2019.