Karine Gagné est retenue prisonnière depuis maintenant 20 jours.

Écrouée aux Bahamas, Karine Gagné garde le moral

Ça fait maintenant 20 jours que la Clotildoise Karine Gagné croupit dans sa cellule de Nassau aux Bahamas. Accusée d'agression sexuelle sur un adolescent de 15 ans, elle est gardée détenue jusqu'à sa comparution devant un juge de la Cour suprême du pays, prévue pour le 3 février.
À cette date, il y aura tout près d'un mois que la mère de famille n'aura pas vu ses parents, ses amis et ses trois enfants. Malgré la solitude et l'incompréhension, la Québécoise garde le moral selon sa mère, Chantale Auclair.
« Je lui ai parlé vendredi et encore mardi. Elle garde espoir et le moral. Elle a hâte de retrouver ses amis et ses filles, elle trouve ça dur de ne pas pouvoir s'amuser, danser et jouer avec ses trois filles », indique-t-elle.
Karine Gagné s'ennuie de ses filles et il semble que le sentiment soit réciproque. Selon le père des enfants, qui a préféré conserver l'anonymat, les trois gamines, âgées de 5, 4 et 3 ans, demandent la présence de leur mère sans arrêt. Elles comprennent mal pourquoi son absence est aussi prolongée et surtout pourquoi elles ne peuvent lui parler au téléphone.
Il faut savoir que les communications de la jeune femme de 23 ans avec le monde extérieur sont très limitées. Elle ne peut parler qu'à sa mère et au père de ses enfants, même son propre père n'aurait pas obtenu de ses nouvelles.
Sommes astronomiques
Lors de son retour devant le Tribunal, le juge statuera sur la remise en liberté de Karine Gagné et surtout sur sa possibilité de rentrer au pays. Si c'est le cas, la famille devra certainement payer une somme colossale en guise de caution, laquelle s'ajoutera aux frais d'avocat déjà exorbitants.
Actuellement, il a été permis d'amasser un peu plus de 7000 $ par l'entremise de la campagne de sociofinancement organisée par l'entremise du site onedollargift.com, ce qui constitue un bon départ, mais qui est bien loin de la somme espérée de 25 000 $. Afin de gonfler la cagnotte, des amis de la jeune femme organisent un événement-bénéfice de 12 heures de musique qui aura lieu à la cabane à sucre Chez Ti-Père de Drummondville, le 2 février.
Rappelons que la jeune femme a été arrêtée sur un bateau de croisière peu de temps après avoir eu une relation sexuelle avec un Américain de 15 ans qu'elle croyait majeur. Ce dernier se trouvait dans une section réservée aux plus de 18 ans. C'est la mère du jeune homme qui a porté plainte aux policiers.