C’est dans cette roulotte que le GHB était produit à Sawyerville.

Du GHB produit dans une roulotte: un chimiste derrière les barreaux

Un chimiste de formation, qui a utilisé son expertise pour la production de la drogue du viol, se retrouve derrière les barreaux.

Philippe Gauthier a pris le chemin de la détention, jeudi, au palais de justice de Sherbrooke pour son implication dans la production de GHB et du précurseur GBL.

Le juge Érick Vanchestien de la Cour du Québec l’a condamné à 20 mois de prison.

Les gestes pour lesquels il a été condamné remontent à 2012.

En octobre 2017, l’individu de 31 ans avait plaidé coupable d’avoir produit du GHB entre mars et mai 2012 et un précurseur du GBL entre novembre 2011 et mai 2012.

Gauthier possédait un antécédent judiciaire en semblable matière en 2006 où il avait été condamné à une peine à purger dans la collectivité.

Diplômé en chimie à l’Université de Sherbrooke, Philippe Gauthier commandait les produits chimiques et établissait la recette pour produire le GHB. À l’automne 2011, il avait été mis en contact avec Sébastien Poulin, coaccusé dans cette affaire dans l’objectif de produire cette substance illicite.

Gauthier achetait par sa compagnie IPS Solutions inc divers produits chimiques et le matériel de laboratoire à l’extérieur du pays qu’il se faisait livrer.

Poulin, condamné à 20 mois à purger dans la collectivité en août 2017, était quant à lui l’exécutant qui effectuait vraisemblablement les mélanges dans la roulotte de production.

L’enquête de l’Escouade régionale mixte (ERM) a permis de relier Gauthier et Poulin par les diverses conversations par messages textes, des balises de localisation ainsi que des observations policières.

Poulin avait été arrêté en compagnie de Philippe Gauthier à la suite d’une perquisition qui s’était déroulée à leurs domiciles à Sherbrooke en juin 2012 ainsi que dans la roulotte de production située dans un champ du chemin Sawyerville à Cookshire-Eaton.

Lors de la perquisition du 7 juin 2012 à la roulotte, la production avait cessé.

Lors de l’enquête préliminaire, une spécialiste en laboratoires clandestins, analyse des drogues, composition des drogues, fabrication des drogues et démantèlement de laboratoires de Santé Canada avait estimé la production effectuée à Cookshire-Eaton. Selon ses données, les produits corrosifs, combustibles, inflammables et toxiques trouvés permettaient de produire de 750 à 2250 doses de GHB et la production aurait pu atteindre 17,2 kilos de GHB, soit entre 5200 et 15 600 doses.

Dans l’acte d’accusation, il est précisé que les activités illégales se seraient déroulées entre mars et juin 2012.

La peine de 20 mois a été imposée à Philippe Gauthier à la suite d’une suggestion commune des avocats au dossier Me Andy Drouin et de l’avocat de la défense Me Jean-Guillaume Blanchette.

Une probation de deux ans où Gauthier devra respecter une série de conditions a été imposée, dont celle de ne pas communiquer avec Sébastien Poulin.

Le juge a tenu compote des quantités retrouvées ainsi que de l’antécédent judiciaire de Gauthier avant d’imposer la peine.

Une attaque à la barre de fer mène à une saisie de cannabis

Un homme de Sherbrooke semble avoir eu plus peur de son colocataire qui le pourchassait avec une barre de fer que des policiers qui pourraient débarquer chez lui et découvrir une plantation de cannabis dans son logement.

Sur le coup de 16 h 45, mercredi, le Service de police de Sherbrooke a reçu un appel concernant une chicane entre deux colocataires rue Québec.

« Le suspect de 31 ans menaçait de frapper son colocataire avec une barre de fer. L’autre homme de 29 ans a réussi à fuir les lieux en se sauvant par une fenêtre du sous-sol », explique le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, Martin Carrier.

Lorsque les patrouilleurs sont arrivés sur place, ils n’ont pas trouvé la victime alléguée, mais 30 plants de cannabis.

« Il y avait les plants de cannabis, l’engrais et tout le matériel servant à la production », explique le porte-parole du SPS.

Les policiers ont arrêté le suspect de 31 ans pour agression armée et production de cannabis.

Yohann Therrien-Gauthier a comparu, jeudi, devant le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec au palais de justice de Sherbrooke.

Des accusations de voies de fait armées avec une barre de fer, de séquestration et de menaces de mort ont été déposées contre lui.

La procureure aux poursuites criminelles Me Émilie Baril-Côté n’a pas encore déposé d’accusations relatives à la production de cannabis.

Le colocataire, victime alléguée, pourrait aussi répondre d’accusations en lien avec la production de cannabis.