Jean-Guy Shank pourra rester en liberté en attendant de recevoir sa peine de prison qui lui sera imposée le 6 septembre prochain.

Douze mois de prison pour Jean-Guy Shank

Jean-Guy Shank pourra passer l'été en liberté, mais sera incarcéré avant le retour de l'automne.
Le tribunal a consenti, mercredi, à laisser Shank en liberté en attendant que sa peine de détention lui soit imposée.
Le 6 septembre prochain, Shank sera condamné à purger douze mois de prison pour son implication dans l'opération bouboule ainsi que dans celle d'un incendie criminel.
Shank a été brûlé en tentant de faire de la « soupe au pot » dans son logement de la 8e avenue à Sherbrooke quelques jours avant l'opération policière. Il a reconnu la production de résine de cannabis ainsi que l'incendie criminel sans se soucier que d'autres personnes se trouvaient dans le bâtiment.
En plus de la trame factuelle des gestes commis le 20 novembre 2016, l'individu de 57 ans a reconnu son implication en marge de l'opération bouboule.
Opération antidrogue
Cette opération antidrogue s'est déroulée le 23 novembre 2016 à Sherbrooke et Saint-Georges-de-Windsor.
Shank a plaidé coupable à des accusations de trafic de stupéfiants entre le 7 juillet et le 23 novembre 2016 ainsi que de possession de stupéfiants dans le but d'en faire le trafic.
Son avocat Me Jean-Marc Bénard a expliqué au tribunal que son client devait subir des examens médicaux au cours des prochaines semaines. Le procureur aux poursuites criminelles Me Claude Robitaille ne s'est pas opposé à ce que la peine soit imposée à la fin de l'été.
Shank doit continuer de respecter ses conditions de remise en liberté.
L'opération bouboule avait permis aux policiers de frapper un réseau de revendeurs de drogue à Sherbrooke et Saint-Georges-de-Windsor.
Autres accusés
Accusés dans cette affaire, Nicholas Pratte et Samuel Dumont-Blanchard contestent les accusations liées au trafic de cocaïne. C'est Me Patrice Paré qui a pris la relève dans le dossier de Dumont-Blanchard, alors que Me Jean-Pierre Rancourt défend Nicholas Pratte.
Lors de six perquisitions effectuées lors de l'opération bouboule, 28 875 $ ont été saisis de même qu'une quarantaine de comprimés de méthamphétamine, 2743 grammes de cannabis, une dizaine de grammes de cocaïne ainsi que du haschich.
Plusieurs des accusés ont plaidé coupables rapidement dans ce dossier.
Serge Lavoie
Pornographie juvénile : Serge Lavoie renonce à son enquête préliminaire
Accusé de possession de pornographie juvénile, Serge Lavoie d'Eat Angus a renoncé à son enquête préliminaire.
Son avocate Me Mélissa Gilbert a reporté le dossier de son client en août.
À ce moment, Lavoie pourrait prendra position dans son dossier.
Serge Lavoie, 54 ans, avait été remis en liberté sous de sévères conditions à la suite de son arrestation.
Il doit s'abstenir d'utiliser un ordinateur ou tout appareil lui permettant d'accéder à Internet.
Serge Lavoie accusé en lien avec l'accession à la pornographie juvénile ne peut pas se rendre dans les parcs ou tout endroit où pourraient se trouver des personnes de moins de 16 ans.
C'est Me Joanny Saint-Pierre qui représente le ministère public dans cette affaire.