La tragédie survenue mardi au Lac-Saint-Jean n’est pas sans rappeler un autre événement survenu il y a 25 ans, quand quatre jeunes motoneigistes valcourtois avaient sombré dans les eaux du lac Brompton.
La tragédie survenue mardi au Lac-Saint-Jean n’est pas sans rappeler un autre événement survenu il y a 25 ans, quand quatre jeunes motoneigistes valcourtois avaient sombré dans les eaux du lac Brompton.

Douloureux souvenirs au lac Brompton

Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
La tragédie survenue mardi soir au Lac-Saint-Jean n’est pas sans faire revenir de mauvais souvenirs dans la région de Valcourt, marquée il y a 25 ans par un événement tristement semblable.

Le 2 janvier 1995, quatre jeunes motoneigistes valcourtois avaient sombré dans les eaux du lac Brompton.

DOSSIER : Tragédie sur le lac Saint-Jean: 1 mort, 5 disparus

À LIRE AUSSI: Motoneigistes disparus: une commune française sous le choc

Le guide aurait tenté de sauver le groupe

Nathalie Côté, 26 ans, et son compagnon André Joly, 28 ans, avaient péri. Les deux autres motoneigistes portés disparus Christian Fontaine, 21 ans, et Lucie Bernier, 20 ans, avaient été secourus par une équipe héliportée de la Sûreté du Québec.

Ceux-ci avaient été conduits à l’hôpital alors appelé le CHUS à Fleurimont afin d’être traités pour des engelures mineures. Par miracle, le couple avait pu se réfugier dans un chalet d’été fermé pour l’hiver sur l’île Mitchell.

Christian Fontaine et Lucie Bernier avaient pu trouver des vêtements secs et des sacs de couchage pour y passer plus de 36 heures, sans électricité, nourriture et chauffage.

L’histoire avait défrayé les manchettes de la plupart des médias québécois.

« Un vrai miracle »

Les quatre motoneigistes avaient quitté Valcourt en début d’après-midi le 2 janvier. Le quatuor devait être revenu à leur point de départ vers 17 h 30. Toutefois, ils se trouvaient toujours sur le lac Brompton à cette heure, peut-on lire dans le compte rendu de l’événement dans La Presse à l’époque.

Le couple Joly-Côté filait devant alors que leurs deux amis suivaient. Le soleil était couché. Même s’il a coupé les gaz quand il a vu la motoneige de son ami pénétrer sous la glace trop mince, Christian Fontaine et sa compagne ont suivi la première sous l’eau.

Le 3 janvier, on avait craint le pire, car les policiers avaient retrouvé, au bord du lac Brompton, le casque d’un des quatre jeunes motoneigistes de Valcourt portés disparus depuis la veille.

Le lendemain, le corps de Nathalie Côté avait été retiré du lac Brompton. Les recherches pour retrouver celui de son conjoint se sont poursuivies dans les jours suivants.

Le 5 janvier, les deux motoneigistes rescapés criaient au miracle. « Nous étions trois sur notre motoneige tout l’après-midi : Lucie, moi et le Bon Dieu », avait déclaré Christian Fontaine. Si nous sommes vivants aujourd’hui, c’est un vrai miracle! »

Seul lui avait des séquelles apparentes de cette mésaventure. Il a marché temporairement à l’aide d’une canne en raison d’une engelure à un pied, indiquait La Presse canadienne.