Distanciation sociale: 12 constats en quatre jours

C’est un total de 12 constats d’infraction en quatre jours qui ont été émis par le Service de police de Sherbrooke à des citoyens qui refusaient de se plier aux règles de distanciation sociale émises en vertu de la Loi sur la santé publique du Québec.

Le premier ministre du Québec François Legault a lancé le 2 avril dernier un appel aux corps policiers afin qu’ils agissent de façon plus coercitive. Juste samedi, ce sont six constats d’infraction qui ont été remis à Sherbrooke.

À LIRE AUSSI : Rassemblements illégaux: six contraventions en 24 heures

Un premier constat d’infraction relatif au confinement à Saguenay

À l’instar des autres corps de police du Québec, le directeur du SPS Dany McConnell avait assuré que les policiers agiraient en fonction des directives émises par le premier ministre du Québec envers les personnes qui ne respectent pas les consignes interdisant les regroupements et la distanciation nécessaire.

Le SPS dispose du pouvoir d’imposer des amendes allant de 1000 $ jusqu’à 6000 $ en cas de récidive pour les personnes qui ne respecteront pas le décret gouvernemental d’éviter les rassemblements.

La porte-parole du Service de police de Sherbrooke Isabelle Gendron signale que le corps de police a reçu 73 appels dimanche dernier en lien avec les nouvelles mesures mises en place dans le cadre de cette crise sanitaire liée à la COVID-19.

« Les policiers donnent des constats d’infraction lorsque les citoyens persistent à ne pas vouloir respecter les règles de distanciation sociale », explique Isabelle Gendron.

Elle précise que plusieurs situations se règlent encore par téléphone et ne nécessitent pas de déplacements policiers.

« Les policiers doivent notamment se rendre dans les parcs pour aviser les gens de ne pas s’y regrouper. Des jeunes qui se retrouvent au skateparc, sur un terrain de soccer ou font une partie de hockey dans la rue, c’est considéré comme un rassemblement. La situation où ce sont des membres d’une même famille qui vivent sous le même toit qui sont ensemble est cependant tolérée », explique la porte-parole du SPS.

Elle rappelle que les travaux de construction sont aussi interdits pour le moment à moins qu’il s’agisse d’une urgence.

« Un propriétaire qui travaille sur sa maison seul a le droit de le faire. Il ne peut cependant pas faire appel à un entrepreneur sauf dans une situation considérée comme urgente », signale Isabelle Gendron du SPS.