Les deux travailleurs de la construction ont été blessés, mercredi avant-midi, au chantier d’un immeuble en construction sur la rue des Abénaquis.

Deux travailleurs de la construction font une chute de trois étages

Deux travailleurs de la construction ont été blessés, mercredi avant-midi, sur un chantier au centre-ville de Sherbrooke.

L’accident a eu lieu vers 10 h 30 lorsque les deux hommes se trouvaient dans une future cage d’ascenseur d’un immeuble en construction sur la rue des Abénaquis.

L’accident de travail a provoqué un important branle-bas, mobilisant plusieurs unités de services d’urgence.

Les deux travailleurs ont fait une chute de trois étages.

Ils ont dû être transportés d’urgence à l’hôpital. Un des deux est plus sérieusement blessé, ayant subi des fractures. On ne craint pas pour leur vie, assure Samuel Ducharme.

Sous une chaleur suffocante, pompiers, ambulanciers et policiers ont coordonné leur travail pour stabiliser les blessés et sécuriser les lieux.

« C’est un bris d’équipement qui serait à l’origine de l’accident », dit-il, sans pouvoir spécifier la nature de l’équipement en cause.

« À première vue, il n’y a rien de criminel dans cet événement. Nous allons quand même évaluer toutes les possibilités pour fermer toutes les portes comme c’est habituellement le cas dans ce genre d’accident. »

La CNESST enquête

Une enquête de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a lieu. Une inspectrice s’est rendue sur place. Elle a constaté qu’un couvercle de plancher de la cage d’ascenseur avait cédé, provoquant la chute de plusieurs mètres. 

Le chantier a été stoppé. L’inspectrice doit y retourner jeudi. Le travail pourra reprendre quand le maître d’œuvre aura apporté des correctifs permettant de sécuriser le travail de la construction de la cage d’ascenseur, précise-t-on à la CNESST.

Le chantier en question est celui mené pour le compte de l’entreprise CGI qui procède à l’agrandissement de son immeuble au 101 de la rue des Abénaquis. L’agrandissement de 36 000 pieds carrés d’espaces à bureaux permettra de doubler la superficie du bâtiment. 

Ce chantier a fait parler de lui récemment, car depuis le mois de mars le stationnement Magog est loué à CGI pour la réalisation des travaux. Le promoteur doit aussi y construire un mur de soutènement pour éviter les risques de glissement de terrain.

L’entrepreneur chargé des travaux n’a pas voulu commenter l’accident de travail.