Michée Roy est accusé d’entrave au travail d’un agent de la paix du centre de détention de Sherbrooke.

Deux autres procès pour Michée Roy

Déjà détenu dans une affaire d’homicide involontaire coupable pour avoir secoué son enfant, Michée Roy entend encore aller au bout du processus judiciaire dans une affaire de menaces et d’entrave au travail d’agents de la paix en détention.

En octobre de l’année dernière, Roy avait été cité à procès dans une affaire de menaces de mort de trois personnes alors qu’il se trouvait en détention. Les événements pour lesquels il doit se défendre seraient survenus lors de son passage devant le tribunal le 29 juillet 2016. Il subira son procès le 25 janvier 2018 pour avoir posé des gestes interprétés comme des menaces de mort à partir du box des accusés.
Son avocat Me Guy Plourde contestera aussi les gestes d’entrave au travail d’un agent de la paix qui auraient été commis en août 2016 lors d’un procès qui se déroulera le 15 décembre prochain. Ces nouvelles accusations ont été portées alors que Michée Roy se trouvait en détention provisoire pour les gestes commis envers son enfant.
Pour ces gestes graves, Michée Roy a été condamné à 12 ans de prison après avoir été reconnu coupable d’avoir causé la mort de son enfant de 69 jours après l’avoir secoué violemment.
Par les gestes de Roy, le 1er janvier 2015, l’enfant a subi un traumatisme crânien non accidentel (TCNA), autrefois appelé syndrome du bébé secoué. Michée Roy a ainsi provoqué le décès de son fils Kylen Roy le 7 juin 2015.