Éric Moore

Deux ans de prison pour un braquage

L’épisode de vol qualifié dans l’arrondissement de Lennoxville dans lequel Éric Moore a été impliqué lui coûtera deux ans moins un jour de liberté.

Après avoir traversé avec succès une thérapie pour vaincre ses problèmes de consommation de drogue l’hiver dernier puis avoir vécu une rechute au cours de l’été, Moore a été condamné à une peine de deux ans moins un jour de prison par la juge Claire Desgens de la Cour du Québec.

Lire aussi : Éric Moore reconnaît son implication pour voies de fait

C’est une suggestion commune de l’avocat de la défense Me Marc-André Champagne de l’aide juridique et de la procureure aux poursuites criminelles Me Claudie Marmet qui a permis d’imposer cette peine.

Moore a plaidé coupable en avril dernier dans cette affaire qui s’apparentait à un braquage de domicile perpétré sur la rue College en juillet 2017.

Moore avait reconnu des accusations d’introduction par effraction dans le but de commettre des voies de fait graves ainsi que le port de déguisement.

La victime alléguée dans cette affaire a subi une fracture du nez et a dû recevoir une vingtaine de points de suture au visage.

Il est venu témoigner lors des observations sur la peine.

Les événements qui étaient reprochés à Moore et Justin Lyons sont survenus le 23 juillet 2017 sur la rue College dans l’arrondissement de Lennoxville.

Éric Moore a reconnu s’être introduit par effraction dans le logement de la rue College en soirée masqué par un foulard.

Sur place, l’occupant a reçu plusieurs coups au visage.

Dans sa déclaration aux enquêteurs du Service de police de Sherbrooke, Moore avait affirmé qu’il n’a pas frappé la victime.

Le plaignant ne connaissait ni Lyons ni Moore outre le fait que ce dernier est l’ancien amoureux de la même adolescente que lui. Cette adolescente serait impliquée dans cette affaire.

Confié à une maison de thérapie à la suite de sa mise en accusation, Éric Moore y a complété avec succès son programme pour traiter son problème de consommation de cannabis.

Des problèmes survenus au cours de l’été ont fait en sorte qu’il est retombé dans la drogue.

Il était détenu depuis ce temps.

Le dossier de Justin Lyons, aussi accusé dans cette affaire, n’est pas encore réglé devant le tribunal.