Deux armes prohibées ont été saisies, annonce la GRC.

Dette de drogue: un Sherbrookois arrêté par la GRC pour complot

Un Sherbrookois de 29 ans a été arrêté mercredi pour avoir comploté avec d’autres individus pour récupérer une lourde dette de drogue.

Dalibor Saric fait partie d’un groupe de quatre suspects arrêtés par des policiers de l’Unité mixte d’enquête sur le crime organisé (UMECO). On soupçonne ces personnes d’être liées à un réseau interprovincial de trafic de drogue entre le Québec et la Nouvelle-Écosse.

Ses présumés complices sont Steven Sarti, 33 ans, de Brossard, Stephen Sewell, 27 ans, de Longueuil, et Ugo Emmanuel Salvail-Gonzalez, 30 ans (déjà incarcéré).

Selon l’enquête « C-Hackberry » menée entre les 8 et 13 novembre 2018, les quatre hommes auraient comploté en vue de récupérer une dette de drogue s’élevant à 250 000 $, lit-on dans un communiqué diffusé jeudi par la Gendarmerie royale du Canada (GRC).

« Ils auraient convenu que des projectiles d’arme à feu seraient tirés en direction de la résidence d’un tiers afin de mettre de la pression sur des individus et accélérer le remboursement de la dette », explique-t-on. 

Interceptés à temps

Ils ont été interceptés juste avant de commettre leur geste. Sarti avait alors été arrêté puis accusé en raison de son implication dans des activités criminelles dans le cadre du projet Hackberry déjà en cours.

Quant à Sewell et Gonzalez, ils avaient été libérés après que la fouille du véhicule n’ait pas permis de trouver d’arme à feu. Toutefois, des perquisitions subséquentes ont permis de trouver deux armes à feu chargées, démontrant ainsi que ces derniers avaient les moyens d’exécuter leur plan. Les enquêteurs ont par la suite établi des liens entre Dalibor Saric et ce complot, poursuit la GRC.

Les quatre hommes font tous face à un chef d’accusation de complot d’extorsion pour avoir voulu obtenir de l’argent par le biais de menaces, accusations ou violence.

Sarti et Gonzalez font également face à plusieurs chefs d’accusation en matière de possession d’armes à feu prohibées et de possession de drogues dans le but d’en faire le trafic.

L’enquête C-Hackberry a été créée subséquemment au projet conjoint Hackberry du Groupe fédéral des crimes graves et du crime organisé (GCGCO) de la GRC en Nouvelle-Écosse et de l’Unité mixte d’enquête sur le crime organisé (UMECO) à Montréal ciblant le trafic organisé de fentanyl et de cocaïne entre le Québec et la Nouvelle-Écosse.

L’enquête a permis de démanteler un réseau de distribution de drogue destinée à la Nouvelle-Écosse, dont les opérations étaient dirigées par un individu incarcéré à l’Établissement de Donnacona au Québec, précise-t-on.