La Commission ontarienne des droits de la personne interpelle le gouvernement provincial pour qu'il cesse ses pratiques d'isolement des détenus atteints de maladie mentale, sauf dans le cas de circonstances exceptionnelles.

Détenu pour accès à la porno juvénile

Déjà en attente d'une peine pour une affaire d'agression sexuelle, Sylvain Lespérance n'est pas au bout de ses peines.
Devant le tribunal, mercredi au palais de justice de Sherbrooke, il a renoncé à son enquête sur remise en liberté dans une affaire de possession de pornographie juvénile et d'accès à la pornographie juvénile.
C'est l'équipe d'enquêtes sur l'exploitation sexuelle des enfants sur Internet (ESEI) de la Sûreté du Québec qui avait procédé à son arrestation à La Patrie en septembre dernier.
Le juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec a ordonné la détention de l'individu de 28 ans pour la durée des procédures judiciaires. L'avocate de la défense Me Julie Beauchemin a expliqué au tribunal qu'elle était en attente d'un rapport d'analyse des différents appareils saisis dans ce dossier avant de prendre position dans le dossier le 13 octobre prochain où il risque une peine minimale d'une année.
Lespérance est déjà détenu pour avoir infligé une « punition sexuelle » à une connaissance et il recevra sa peine le 14 novembre prochain.
Lespérance a été reconnu coupable d'avoir obligé une connaissance à lui faire une fellation en lui tenant la tête jusqu'à la faire vomir. La procureure aux poursuites criminelles Me Marie-Line Ducharme avait plaidé une peine se situant autour de deux ans, alors que la défense a demandé de limiter la peine entre six et dix mois.